Un premier ministre à la défense du cours d’histoire

Savoir d’où l’on vient pour décider où l’on va, Lucien Bouchard, Le Devoir 08/10/20

Se peut-il que, dans la foulée de ministres humanistes comme Paul Gérin-Lajoie, Jacques-Yvan Morin, Camille Laurin et Claude Ryan, notre ministère de l’Enseignement supérieur en arrive à couper l’enseignement de l’Histoire de ses racines profondes ? C’est en tout cas ce que fait craindre le rapport d’un comité qui recommande d’arrêter au XVe siècle la remontée vers les sources de la civilisation occidentale (dans le cadre du programme de sciences humaines au niveau collégial).

On ne niera pas l’importance d’un siècle qui s’illumine de la Renaissance. Mais c’est justement un rappel péremptoire du caractère essentiellement continu de l’Histoire, puisque la Renaissance ne prend tout son sens que dans la redécouverte du patrimoine gréco-romain, après l’éclipse des mille années noires du Moyen Âge.

Les auteurs du rapport, s’ils sont historiens, n’ont pas dû décider allègrement de renvoyer aux limbes d’hypothétiques cours d’appoint la connaissance des fondements de la civilisation occidentale. Ont-ils songé à ce qui en résulterait d’affadissement à la signification profonde de cette quête tumultueuse mais obstinée de dignité humaine, de vérité, de rationalité, de sens critique, de beauté et de solidarité ?

Il est de l’essence même de l’enseignement de l’histoire qu’il permette aux étudiants de suivre son parcours d’un maillon à l’autre, à la façon d’une chaîne ininterrompue de progrès, de reculs, de triomphes, de défaites, d’injustices, de réparations, d’erreurs tragiques et, dans l’ensemble, si on a foi en l’homme, d’avancée de l’esprit. Aussi apparaît-il incompréhensible de tronquer cet itinéraire de sa partie fondatrice.

Personne n’a le droit de se résigner à un tarissement délibéré des sources qui nous ont, de tout temps, nourris et ont fait de nous ce que nous sommes. Einstein a dû monter sur les épaules de Newton qui a pris le relais d’unesuite de prédécesseurs, eux-mêmes héritiers en cascade des pionniers de la Grèce antique. Il en est de même de la philosophie, de la littérature et des arts. La pensée de Spinoza et le système de Kant ne peuvent se concevoir sans la connaissance de Platon, Aristote, Épicure, Sénèque.

L’histoire a été inventée par Hérodote ; Shakespeare s’est inspiré des Vies parallèles de Plutarque. Michel-Ange a voulu reproduire la perfection des chefs-d’œuvre des sculpteurs grecs. Il ne viendrait pas à l’esprit d’un écrivain moderne de tourner le dos à un auteur comme Virgile, non plus qu’à un peintre de faire l’impasse sur les créateurs qui ont, depuis le début de l’aventure humaine, marqué l’histoire de l’art.

Personne n’a le droit de se résigner à un tarissement délibéré des sources qui nous ont, de tout temps, nourris et ont fait de nous ce que nous sommes. Il faut une bonne dose de témérité pour décider où l’on va sans savoir d’où l’on vient. Ce que l’avenir nous réserve comporte suffisamment d’incertitude pour qu’on se prive impunément des leçons de l’histoire, surtout à un moment où les sociétés sont à la recherche de repères.

En l’occurrence, force est de s’en remettre à la décision de la ministre. Ce ne serait pas une mauvaise idée, incidemment, de la différer, le temps de prendre la pleine considération des protestations comme celle du texte collectif paru dans Le Devoir du 5 octobre. Il serait néfaste qu’à la faveur de la confiscation de l’attention publique par la pandémie, les tenants de l’abolition du cours puissent discrètement mettre tout le monde devant le fait accompli.

La ministre pourrait aussi se demander ce que MM. Gérin-Lajoie, Morin, Laurin et Ryan feraient du rapport déposé sur son bureau. Pour ne rien cacher, j’avoue surtout compter sur ses sous-ministres pour lui rappeler qu’il existe, quelque part sur la colline Parlementaire et pas très loin de l’édifice G, une soupente où croupissent dans la poussière les innombrables grimoires de ces valeureux groupes et comités d’études auxquels un sursaut de sagesse ministérielle a heureusement fermé la porte de l’histoire, avant qu’ils ne puissent y entrer.

***

BLx

1 commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Lettres, Philosophie, Religion, Science

Fin septembre

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Lettres, Musique, Philosophie, Politique

Jimi Hendrix

Mort à l’âge de 27 ans le 18 septembre 1970

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Musique

La notion de beauté en science

Jean-René Roy, Le Devoir, 15/09/20

En raison d’un biais anthropocentrique, nous trouvons souvent belles des formes produites par la nature. La construction du nid de l’abeille domestique, par exemple, avec sa structure hexagonale, émerveille. Cet émerveillement contribue parfois à susciter des vocations scientifiques. Ainsi, c’est la sensation de sublime ressentie lorsque j’étais adolescent en étudiant les belles images de galaxies reproduites dans un atlas qui m’a motivé à entreprendre une carrière en astronomie. Comme m’en ont convaincu des échanges avec des scientifiques de diverses disciplines, une telle émotion esthétique expérimentée durant l’adolescence est à l’origine de maintes carrières.

Cette attirance pour ce qui est beau a-t-elle toutefois un rôle à jouer dans la démarche scientifique ? La suite ici

***

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Art, Histoire, Histoire et civilisation, Musique, Philosophie, Science

22 août 1791 – Révolte des esclaves à Saint-Dominque

C’est aujourd’hui, en 1791, que débuta la révolution haïtienne. Dans son ouvrage Hegel et Haïti, la philosophe Susan Buck-Morse soutient que ce serait  la révolte des esclaves à Saint-Domingue qui aurait vraisemblablement inspiré à Hegel sa célèbre « dialectique du maître et de l’esclave ».

 

Révolte des esclaves à Saint-Domingue

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique

Le port du masque

Le port du masque, en 1918, lors de la pandémie nommée  « Grippe espagnole »

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Photos, Politique, Science

Rendez vous au Collège de France!

Tous les enseignements du Collège de France sont accessibles en ligne librement, gratuitement et sans inscription préalable

Fondée en 1530 sous le règne de François 1er,« le Collège de France est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche, institution unique en France, sans équivalent à l’étranger. Depuis le XVIe siècle, le Collège de France répond à une double vocation : être à la fois le lieu de la recherche la plus audacieuse et celui de son enseignement. Voué à la recherche fondamentale, le Collège de France possède cette caractéristique singulière : il enseigne « le savoir en train de se constituer dans tous les domaines des lettres, des sciences ou des arts ».

BLx

 

Poster un commentaire

Classé dans Art, Chine, Cinema, Culture et société, Féminisme, Histoire, Histoire et civilisation, Inde, japon, Lettres, Musique, Philosophie, Photos, Politique, Religion, Science

«Nous allons parler du Québec…»

Il y a 53 ans aujourd’hui, du haut du balcon de l’hôtel de ville de Montréal, le Général de Gaule a prononcé ces paroles: « Vive le Québec libre! ». De retour en France il s’en explique. Il évoque l’histoire et le caractère opiniâtre des « Français canadiens », il parle du destin du Québec et du «devoir sacré» de la France. À écouter très attentivement pour la beauté de la langue parlée et pour la conception monumentale (Nietzsche) de l’histoire qui en ressort.

BLx

 

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Lettres, Philosophie, Politique

Sirène, Nymphes et Satyre

Blx

Poster un commentaire

Classé dans Art, Cinema, Culture et société, Histoire et civilisation, Photos, Religion

iPhone version 1947

A 1947 French Film Accurately Predicted Our 21st-Century Addiction to Smartphones

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Cinema, Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Politique, Science

22 juin 1990: Échec de l’Accord du Lac Meech

Discours de Robert Bourassa le 22 juin 1990, après l’échec de l’accord du Lac Meech.

Accord du Lac Meech

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Politique

De mente heroica

Pourquoi apprendre?

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Lettres, Philosophie, Politique, Religion, Science

Le racisme est un virus

Un texte de Dany Laferrière

Le Devoir, 10/06/20

Bon, soyons clair, le racisme naît, vit et pourrait même mourir un jour. Il est contagieux, et se transmet d’un être humain à un autre. Toutefois, sa rapidité de contagion varie selon le lieu ou la situation. On peut d’ailleurs créer de toutes pièces des situations qui augmenteraient sa vitesse et sa puissance, alors que d’autres la diminueraient. La suite ici.

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique

Le Jour J

Le débarquement de Normandie, le 6 juin 1944

dday

Le jour J et la bataille de Normandie

Débarquement de Normandie

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Photos, Politique

Justice force

Muhammad Ali et Martin Luther King Jr, 1967

« Il est juste que ce qui est juste soit suivi. Il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit suivi.

La justice sans la force est impuissante. La force sans la justice est tyrannique.

La justice sans force est contredite parce qu’il y a toujours des méchants. La force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste.

La justice est sujette à dispute. La force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice, et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste.

Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste. »

Blaise Pascal, Les Pensées, Lafuma 103

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Photos, Politique, Religion