Archives de Catégorie: Religion

La pandémie d’une époque à l’autre

Leçons de la calamiteuse époque de la peste noire

Stéphane Baillargeon, Le Devoir, 06/11/20

Comparaison n’est pas raison ? Et pourtant. Après un premier article sur la longue préhistoire du confinement, en voici un sur les réactions à la peste au XIVe siècle pour finalement encore un peu parler de notre propre rapport à l’épidémie de coronavirus.

La propagation de la peste noire, horrible mal capable de tuer en quelques jours, voire quelques heures, est attestée en Chine (tiens, tiens…) au début des années 1330. Le grand commerce de la mondialisation sans le nom la transporte jusqu’aux rives de la mer Noire, vers 1346. Les galères soupçonnées d’avoir infecté l’Europe atteignent Marseille en novembre 1347. L’année suivante, le fléau atteint Rome, Florence, Toulouse, Carcassonne et Montpellier. Chaque fois, la faucheuse noire emporte le tiers de la population, voire sa moitié et plus encore.

« Si on s’intéresse à l’histoire du Moyen Âge, on ne peut pas faire l’économie de la peste : c’est l’événement majeur qui affecte tout le monde connu », résume Geneviève Dumas, professeure à l’Université de Sherbrooke.

Notre modernité avancée fait face à une catastrophe aux répercussions plus ou moins semblables. Ou est-ce bien le cas ? Peut-on oser des rapprochements et des concordances des temps entre ce monde disparu et le nôtre ? Peut-on par exemple faire des liens entre l’ancienne chasse aux boucs émissaires et la prolifération actuelle des théories du complot ? Peut-on comparer les stratégies de survie, la fuite ou l’isolement ? La suite ici

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique, Religion, Science

Un premier ministre à la défense du cours d’histoire

Savoir d’où l’on vient pour décider où l’on va, Lucien Bouchard, Le Devoir 08/10/20

Se peut-il que, dans la foulée de ministres humanistes comme Paul Gérin-Lajoie, Jacques-Yvan Morin, Camille Laurin et Claude Ryan, notre ministère de l’Enseignement supérieur en arrive à couper l’enseignement de l’Histoire de ses racines profondes ? C’est en tout cas ce que fait craindre le rapport d’un comité qui recommande d’arrêter au XVe siècle la remontée vers les sources de la civilisation occidentale (dans le cadre du programme de sciences humaines au niveau collégial).

On ne niera pas l’importance d’un siècle qui s’illumine de la Renaissance. Mais c’est justement un rappel péremptoire du caractère essentiellement continu de l’Histoire, puisque la Renaissance ne prend tout son sens que dans la redécouverte du patrimoine gréco-romain, après l’éclipse des mille années noires du Moyen Âge.

Les auteurs du rapport, s’ils sont historiens, n’ont pas dû décider allègrement de renvoyer aux limbes d’hypothétiques cours d’appoint la connaissance des fondements de la civilisation occidentale. Ont-ils songé à ce qui en résulterait d’affadissement à la signification profonde de cette quête tumultueuse mais obstinée de dignité humaine, de vérité, de rationalité, de sens critique, de beauté et de solidarité ?

Il est de l’essence même de l’enseignement de l’histoire qu’il permette aux étudiants de suivre son parcours d’un maillon à l’autre, à la façon d’une chaîne ininterrompue de progrès, de reculs, de triomphes, de défaites, d’injustices, de réparations, d’erreurs tragiques et, dans l’ensemble, si on a foi en l’homme, d’avancée de l’esprit. Aussi apparaît-il incompréhensible de tronquer cet itinéraire de sa partie fondatrice.

Personne n’a le droit de se résigner à un tarissement délibéré des sources qui nous ont, de tout temps, nourris et ont fait de nous ce que nous sommes. Einstein a dû monter sur les épaules de Newton qui a pris le relais d’unesuite de prédécesseurs, eux-mêmes héritiers en cascade des pionniers de la Grèce antique. Il en est de même de la philosophie, de la littérature et des arts. La pensée de Spinoza et le système de Kant ne peuvent se concevoir sans la connaissance de Platon, Aristote, Épicure, Sénèque.

L’histoire a été inventée par Hérodote ; Shakespeare s’est inspiré des Vies parallèles de Plutarque. Michel-Ange a voulu reproduire la perfection des chefs-d’œuvre des sculpteurs grecs. Il ne viendrait pas à l’esprit d’un écrivain moderne de tourner le dos à un auteur comme Virgile, non plus qu’à un peintre de faire l’impasse sur les créateurs qui ont, depuis le début de l’aventure humaine, marqué l’histoire de l’art.

Personne n’a le droit de se résigner à un tarissement délibéré des sources qui nous ont, de tout temps, nourris et ont fait de nous ce que nous sommes. Il faut une bonne dose de témérité pour décider où l’on va sans savoir d’où l’on vient. Ce que l’avenir nous réserve comporte suffisamment d’incertitude pour qu’on se prive impunément des leçons de l’histoire, surtout à un moment où les sociétés sont à la recherche de repères.

En l’occurrence, force est de s’en remettre à la décision de la ministre. Ce ne serait pas une mauvaise idée, incidemment, de la différer, le temps de prendre la pleine considération des protestations comme celle du texte collectif paru dans Le Devoir du 5 octobre. Il serait néfaste qu’à la faveur de la confiscation de l’attention publique par la pandémie, les tenants de l’abolition du cours puissent discrètement mettre tout le monde devant le fait accompli.

La ministre pourrait aussi se demander ce que MM. Gérin-Lajoie, Morin, Laurin et Ryan feraient du rapport déposé sur son bureau. Pour ne rien cacher, j’avoue surtout compter sur ses sous-ministres pour lui rappeler qu’il existe, quelque part sur la colline Parlementaire et pas très loin de l’édifice G, une soupente où croupissent dans la poussière les innombrables grimoires de ces valeureux groupes et comités d’études auxquels un sursaut de sagesse ministérielle a heureusement fermé la porte de l’histoire, avant qu’ils ne puissent y entrer.

***

BLx

1 commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Lettres, Philosophie, Religion, Science

Rendez vous au Collège de France!

Tous les enseignements du Collège de France sont accessibles en ligne librement, gratuitement et sans inscription préalable

Fondée en 1530 sous le règne de François 1er,« le Collège de France est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche, institution unique en France, sans équivalent à l’étranger. Depuis le XVIe siècle, le Collège de France répond à une double vocation : être à la fois le lieu de la recherche la plus audacieuse et celui de son enseignement. Voué à la recherche fondamentale, le Collège de France possède cette caractéristique singulière : il enseigne « le savoir en train de se constituer dans tous les domaines des lettres, des sciences ou des arts ».

BLx

 

Poster un commentaire

Classé dans Art, Chine, Cinema, Culture et société, Féminisme, Histoire, Histoire et civilisation, Inde, japon, Lettres, Musique, Philosophie, Photos, Politique, Religion, Science

Sirène, Nymphes et Satyre

Blx

Poster un commentaire

Classé dans Art, Cinema, Culture et société, Histoire et civilisation, Photos, Religion

De mente heroica

Pourquoi apprendre?

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Lettres, Philosophie, Politique, Religion, Science

Justice force

Muhammad Ali et Martin Luther King Jr, 1967

« Il est juste que ce qui est juste soit suivi. Il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit suivi.

La justice sans la force est impuissante. La force sans la justice est tyrannique.

La justice sans force est contredite parce qu’il y a toujours des méchants. La force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste.

La justice est sujette à dispute. La force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice, et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste.

Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste. »

Blaise Pascal, Les Pensées, Lafuma 103

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Photos, Politique, Religion

La peste de Londres en 1665

Quarantaine, confinement et fermeture des écoles…

BLx

1 commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Politique, Religion, Science

New York: Pandemic Days

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Photos, Religion

Joyeuses Pâques!

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Religion

Les philosophes et la distanciation sociale

Plato“Okay everybody, change of plans: stay inside your caves!”

Zénon, Pythagore, Socrate, Diogène, Descartes, Locke, Hobbes, Berkeley, Hume, Kant, Mill, Nietzsche, Marx, etc. ici

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique, Religion

Les algorithmes et l’entendement divin

68 milliards de mélodies générées par un algorithme et mises dans le domaine public

Des mains de robot jouent du piano.

L’algorithme conçu par Damien Riehl et Noah Rubin a enregistré toutes les mélodies possibles à 8 notes sur 12 temps.PHOTO : GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO / IAREMENKO

Via Radio-Canada, Lire l’article ici

Leibniz sort de ce corps!

Ce que Daniel Riehl explique me semble correspondre tout à fait à la logique des compossibles que Leibniz a développée. Tous les possibles se présentent à l’entendement divin, dieu compose la meilleure combinaison possible et, ce qui en résulte, c’est le monde, – «le meilleur des mondes possibles». Certains font même remonter cette idée à l’art combinatoire de Raymond Lulle.

On peut supposer que Daniel Rhiel sait tout cela. Et s’il n’en savait rien, il nous dirait peut-être que cela ne fait que confirmer dans le domaine de la pensée ce qu’il stipule dans celui de la musique: il y a un nombre fini de pensées qui peuvent être pensées à partir de la combinaison des lettres de l’alphabet. Reste seulement à mettre au point l’algorithme capable de mesurer ce qui du point de vue de notre entendement limité nous semble incommensurable.

Alors, suivant cette logique, Mozart et Miles Davis n’auraient rien composé ou créé, pas plus que Baudelaire ou Miron, voir même Platon ou Spinoza, ils auraient simplement été les premiers à trouver ou découvrir une certaine combinaison possible. Mises à part les apories ontologiques et mathématiques, mis à part ce fantasme récurrent de l’accomplissement de la métaphysique par la technique (algorithme = entendement divin), il me semble que la justification de la démarche de Daniel Riehl et Noah Rubin en regard de la libération des droits d’auteurs tombe à plat: si tu n’es pas le « créateur » d’une mélodie, tu peux toujours revendiquer être le premier à l’avoir découverte; dans le secteur minier, le droit de propriété découle de la découverte, pas de la création du minerai…

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Musique, Philosophie, Religion, Science

La question de la technique

Un excellent texte de Laurent McDuff, étudiant au Cégep du Vieux-Montréal, sur la domination planétaire de la technique. Il s’agit du texte gagnant du Concours Philosopher dont la question était pour l’édition 2019 « Comment vivre avec l’intelligence artificielle? »

L’intelligence artificielle ou l’aboutissement de la technique moderne

La légende du Grand Inquisiteur chez Dostoïevski a marqué les annales de la littérature mondiale. Des générations de lecteurs furent sidérées par le récit qu’Ivan, sous les vapeurs capiteuses de l’alcool, propose à son frère Aliocha. Que dit-il en somme ? Eh bien, que la liberté n’est autre chose qu’un fardeau insoutenable. Voilà pourquoi l’humain cherche sempiternellement à s’en dessaisir ; l’obéissance sied plus au commun des mortels, car elle lui évite d’être responsable. D’où la pléthore d’idoles qui pullulent dans l’Histoire censées, souvent symboliquement, d’indiquer la bonne voie à suivre. Or ces idoles, que ce soit des veaux d’or ou des déités transcendantes, s’accompagnent d’une caste — l’élite religieuse — dont la fonction est d’énoncer la vérité. De la Pythie, messagère d’Apollon aux oracles sibyllins, aux ecclésiastiques, interprètes de la vie du Christ, cette caste a pris sur ses épaules la charge de la liberté humaine.

Ainsi, partout et de tout temps, il y a eu ce tropisme humain, trop humain, de s’aliéner ce qui nous constitue foncièrement : notre libre arbitre. Cette constante a pris de multiples visages au gré des époques et nous sommes à l’orée d’une nouvelle ère : celle où nos artefacts deviendront ces puissances alèthéiques — rôle qui, jusque-là, était réservé à un groupe d’initiés. L’intelligence artificielle (IA) est vouée à prendre ce relais. Promise à investir tous les domaines, cette technologie est la nouvelle modalité de notre servitude volontaire. La suite ici

***

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique, Religion, Science

Galilée, 400 ans plus tard

Selon la théorie de Galilée, si l’on retire l’air d’une pièce pour y créer le vide, et qu’on y laisse tomber des plumes et un boulet de canon les deux atteindront le sol … en même temps ! Mais à son époque, Galilée ne pouvait pas prouver sa théorie. Quatre siècles plus tard … l’expérience a pu être réalisée !

BLx via Olivier Vaillancourt

Poster un commentaire

Classé dans Cinema, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique, Religion, Science

Lilith

lilith

John Collier, « Lilith with a Snake », 1886.

Ève n’a pas été la première femme d’Adam. Dans la tradition juive, le premier couple d’humains fut créé simultanément: Lilith et Adam. Voici l’histoire de Lilith, la première femme qu’on a trahie… Lilith est présentée pour la première fois dans la tradition mésopotamienne en tant que démone créée par Enlil, dieu du vent, en même temps que Lilu, un démon qui séduit les femmes dans leur sommeil[1]. Lilith, alors nommée Lilitu, est une démone, une bête proche du loup, qui tue les mères en couche et les bébés, qu’elle dévore[2]. Dans la tradition juive, Lilith est reprise et présentée comme la première femme d’Adam, créée elle aussi à partir de la terre, des mains de Dieu. A l’origine, la provenance divine de sa création lui conférait un statut égal à celui d’Adam:

Lorsque le Saint béni soit-il créa le premier homme unique, il lui dit: il est pas bon que l’homme soit seul, il lui créa une femme de la terre comme lui et l’appela Lilith. Ils en vinrent immédiatement à se quereller. Elle dit je ne me couche pas au-dessous, il lui dit, je ne me couche pas au-dessous mais au-dessus, car tu es destinée toi, à être en-dessous et moi au-dessus[3].

C’est donc à propos de la place de la femme, notamment lors des relations sexuelles, qu’Adam et Lilith se disputeront. En effet, ils ne s’entendaient pas concernant qui serait en position de supériorité, puisque tous deux étaient égaux au sens de la création.  Lilith s’enfuira donc du jardin d’Éden pour aller errer sur la Terre. En guise de punition, on la condamnera à voir tous les enfants qu’elle engendrera mourir. Désespérée, elle tentera de mettre fin à ses jours. Alors pour tenter de l’en empêcher, on lui permettra d’assassiner les bébés naissants des autres femmes également[4]. Elle représenta donc très longtemps une ombre rancunière sur les familles à une époque où la mortalité lors des accouchements est atrocement courante. Cette dernière deviendra éventuellement, selon les mythes, la partenaire de Samaël, qu’on associe à Satan[5]. On associe donc Lilith à ce qu’il y a de plus obscène: exhibitionnisme, cannibalisme, jalousie, troubles sexuels, satanisme, prostitution, etc. On lui reproche même d’avoir été celle qui incita Caïn à tuer son frère Abel afin de se venger d’Adam et Ève[6]. Or, Lilith a été accueillie par les mouvements féministes modernes comme un véritable emblème de la résistance à l’oppression masculine. On va même jusqu’à faire la réécriture de son mythe, en lui rendant justice pour la nature divine qu’on lui a donnée et les torts que le patriarcat lui a fait subir: « Sous impulsion de thèses gratifiantes, des auteurs féministes ont construit un mythe du mythe de Lilith[7]. »

Rose Charbonneau

Bibliographie

BITTON, Michèle. « Lilith ou la Première Eve : un mythe juif tardif », Archives de Sciences Sociales des Religions, vol. 71, no1 (1990), p. 113‑136.

DESCAMPS, Marc-Alain. « Lilith ou la permanence d’un mythe », Imaginaire Inconscient, vol. no 7, no3 (2002), p. 77‑86.

ROUSSEAU, Vanessa. « Ève et Lilith », Diogène, vol. n° 208, no4 (2004), p. 108‑113. 

[1]Marc-Alain DESCAMPS, « Lilith ou la permanence d’un mythe », Imaginaire Inconscient, vol. no 7. no3 (2002), p. 79.

[2]Ibid.

[3]Michèle BITTON, « Lilith ou la Première Eve : un mythe juif tardif », Archives de Sciences Sociales des Religions, vol. 71. no1 (1990), p. 119.

[4]M. DESCAMPS, Op. cit. p. 80.

[5]M. BITTON,Op. cit p. 122.

[6]M. DESCAMPS, Op. cit. p. 80

[7]M. BITTON,Op. cit. p. 126.

Poster un commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Féminisme, Histoire, Histoire et civilisation, Lettres, Philosophie, Religion, Uncategorized

20 août 1619: Début de l’esclavage en Amérique

Les origines de la faute fondatrice

Il y a 400 ans, le premier navire portant à son bord des esclaves africains gagnait l’Amérique du Nord

Stéphane Baillargeon, Le Devoir, 20/08/19

 

L’esclavage est le péché originel des États-Unis d’Amérique, et cette faute fondatrice a débuté il y a exactement 400 ans, à la fin août 1619 à Point Comfort (l’actuel Fort Monroe), en Virginie.

Le White Lion, navire pirate anglais battant pavillon hollandais, accoste alors avec à son bord une vingtaine d’Africains arrachés quelques semaines plus tôt au royaume de Ndongo, dans l’actuel Angola. Le White Lion les a capturés comme butin sur le navire portugais Sao Joao Baptista faisant route vers Veracruz, au Mexique.

Les négriers avaient embarqué environ 350 malheureux en Afrique. Les rescapés débarqués dans la colonie naissante sont maintenant considérés comme les premiers esclaves africains en Amérique du Nord.

Ils sont en fait échangés contre de la nourriture et travaillent ensuite une vingtaine d’années pour rembourser leur dette. L’esclavage n’a été officiellement légalisé en Virginie qu’en 1661.

L’« institution particulière » a ensuite duré deux siècles sur le territoire des États-Unis. La servitude involontaire a frappé des millions d’hommes, de femmes et d’enfants. Il a fallu une terrible guerre civile pour en venir à bout constitutionnellement.

Et encore. Le crime créateur des États-Unis d’Amérique fait toujours sentir son héritage enténébré. La discrimination structurelle et quotidienne perdure. Les Afro-Américains représentent 13 % de la population étatsunienne, mais ne détiennent que 3 % de la richesse de leur pays.

Une histoire immonde

Le jour exact du débarquement esclavagiste en 1619 en Virginie n’est pas connu, mais la date du 20 août celle qui est mentionnée le plus souvent. En plus, le 23 août, comme chaque année, sera commémorée la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition en souvenir de l’insurrection commencée ce jour-là à Saint-Domingue en 1791.

L’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch, spécialiste de l’Afrique, insiste sur une mise en contexte de cet événement quadricentenaire. L’histoire du Nouveau Monde et le développement de l’esclavage vont de pair. La vente des humains par les humains avait même commencé bien avant la découverte des Amériques.

« Christophe Colomb avait des esclaves sur ses navires parce qu’il y avait de la traite entre l’Afrique et le Portugal dès le XVe siècle, explique la professeure au Devoir. On estime qu’avant 1492 environ 150 000 esclaves avaient déjà été transportés à Lisbonne. Les Portugais ont découvert le Brésil en 1500. Ils ont commencé la traite en 1508 et l’ont accentuée dès le milieu du XVIe siècle pour l’exploitation de la canne à sucre. Cet événement de 1619 est très significatif pour les États-Unis, mais l’est moins pour l’histoire de l’esclavage. »

La professeure Coquery-Vidrovitch a conseillé la récente et excellente série documentaire Les routes de l’esclavage. Histoire des traites africaines VIe-XXe siècles (Arte) et dirigé le livre du même nom chez Albin Michel. Elle y explique que l’esclavage a pour ainsi dire toujours existé dans l’histoire humaine, trop inhumaine. Le mot slave lui-même vient d’esclave.

L’Afrique dite noire en a toutefois fait les frais de tous bords. Une traite intra-africaine existait. Les grands empires arabo-musulmans ont beaucoup asservi les régions subsahariennes à partir du VIIIe siècle. Les métropoles européennes ont pris le relais pour alimenter en main-d’oeuvre l’exploitation des colonies outre-Atlantique.

« Avant, l’esclavage pouvait toucher tout le monde, et c’est la traite transatlantique qui en a réservé l’exclusivité aux populations noires, dit-elle en entrevue. À partir de là, par définition, un esclave est un Noir. C’est une invention des Arabo-musulmans, une création diffuse qui a duré une dizaine de siècles pour fournir des esclaves urbains qui faisaient les sales besognes. La traite s’affirme totalement avec les Occidentaux qui vont l’intensifier pendant trois siècles pour fournir des esclaves aux plantations. »

Un intérêt récent

Depuis la prise en main du commerce triangulaire par les Britanniques et les Français au XVIIe siècle jusqu’à son abolition au XIXe, environ 12,5 millions d’Africains ont été transportés par quelque 20 000 voyages archivés, principalement vers les plantations sucrières des Caraïbes et du Brésil. À peu près 10 millions ont survécu au terrible transport selon certaines estimations. Les chiffres seraient à peu près les mêmes pour la traite arabo-musulmane du millénaire précédent.

Les colonies nord-américaines ont reçu environ 400 000 de ces esclaves, soit 4 % du total. Dans les colonies et les États de l’Amérique du Nord, la population asservie a donc grandi par reproduction. Il y avait tout près de 4 millions d’esclaves et 500 000 Noirs libres aux États-Unis au déclenchement de la guerre de Sécession, soit 13 % de la population totale, l’exacte proportion de l’actuelle population afro-américaine.

L’historienne reconnaît le boom d’intérêt récent pour le sujet occulté pendant des siècles, vraisemblablement par honte d’avoir exploité ou de l’avoir été. Aux États-Unis, on voit par exemple apparaître depuis peu des recherches pour déterrer les histoires de communautés religieuses ou d’université propriétaires d’esclaves.

« Les gens n’avaient pas envie d’en parler, puis les afro-descendants ont réclamé cette mémoire, dit-elle. En France, ça a commencé avec les Antillais, qui ont brisé le tabou. »

Il y a deux dates très importantes. D’abord en 2001, avec la loi Taubira de reconnaissance de la traite et de l’esclavage comme crime contre l’humanité. Puis, en 2003 au Brésil quand le président Lula a demandé d’enseigner cette histoire dans les écoles du pays.

La publication de dossiers sur le sujet du 400e vient de débuter dans les médias américains. Les Églises baptistes achèveront ce mardi « quarante jours de prière pour la libération des descendants américains de l’esclavage ». Cette démarche s’inscrit dans le Projet Angela, suite mémorielle étalée sur trois ans, portant le nom d’une femme du groupe des vingt arrivés en Virginie en 1619.

Source: Le Devoir

***

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique, Religion