Archives de Tag: Indépendance de la catalogne

Pendant ce temps à Barcelone

Barcelone pendant le référendum interdit par Madrid, Jour 5

La Catalogne en état de siège

Toute la soirée d’hier, les hélicoptères de la Guardia nationale espagnole ont surveillé la ville, et nous avons peu fermé l’œil cette nuit, tout comme beaucoup de Catalan.es qui ont passé la nuit à occuper des écoles qui auraient pu faire l’objet de fermetures par la Guardia. Heureusement, cela n’a pas été le cas.

Nous sommes donc partis très tôt, à 7h, pour Gérone, magnifique ville médiévale et véritable bastion de l’indépendantisme catalan. Le voyage vers la ville se faisait en autocar, et le tout était organisé par l’Association des Maires pour l’Indépendance (AMI), dont une adorable organisatrice, Elena, nous a accompagnés jusqu’à Gérone. Carles Puigdemont, président de la Catalogne, est précisément l’ancien maire de cette ville, et auquel a succédé Marta Madrenas i Mir. Cette dernière nous a accueillis généreusement aux alentours de 8h45 devant le bureau de vote où elle devait voter. Déjà, une importante file se formait et les gens étaient enthousiastes de voter, mais inquiets devant les rumeurs de potentielles fermetures de bureaux par la Guardia. La délégation internationale est accueillie très chaleureusement par les personnes sur place, qui semblent ravis de voir des dignitaires avides d’informations et souhaitant raconter leur histoire.

Autour de 9h15, inquiétude généralisée parmi les personnes attroupées devant le bureau de vote où nous étions. On apprend que le bureau de vote voisin, à seulement quelques centaines de mètres, a été rapidement fermé par la Guardia, qui a tassé et tabassé des gens, fracturé le bras d’une dame et saisi les urnes. Aussitôt, la tension monte parmi la file, et les Catalan.es présent.es forment une ligne, avec la mairesse de la ville et les hommes devant pour protéger leur démocratie. L’inquiétude et la colère sont palpables parmi les gens ne désirant que voter. Rapidement, les images de la fermeture violente des bureaux de vote à Gérone et à Barcelone circulent sur les réseaux sociaux, et des murmures d’incompréhension circulent parmi les personnes présentes. Une dame appelle quelqu’un en pleurant. Colère et indignation.

Attente. Rapidement, quelques minutes après la fermeture des bureaux voisins, des centaines de personnes affluent vers le bureau de vote restant où nous étions, qui est rapidement devenu le plus important. À 10h15, le vote se prend toujours, sans Guardia, et les gens en file forment rapidement une longue haie d’honneur pour laisser les personnes âgées voter en premier. Un homme de 94 ans, ayant connu le franquisme, a même été parmi les premiers à voter … et il a voté oui! D’heure en heure, la file s’allonge, et toujours pas de Guardia en vue. Le vote continue de se prendre.


Sur l’heure du dîner, nous nous retrouvons dans un café à proximité du bureau de vote afin de nous sustenter. Dans l’endroit règne une atmosphère tendue, où se mêlent colère et état de choc. Plusieurs personnes viennent nous montrer les images de la brutalité policière espagnole, et certaines d’entre elles sont rivées à l’écran de télévision, sur lequel défilent des vidéos de cette violence inouïe. Sur place, il s’agit du sujet de l’heure, et tout le monde en discute, abasourdi par cette situation politique sans précédent en Espagnole depuis la mort de Franco en 1975.

Peu de temps après notre diner, nous regagnons le bureau de vote, où nous continuons d’assister, de l’intérieur et de l’extérieur, au dépouillement du vote. Il va sans dire que la force de résistance et l’organisation catalanes sont impressionnantes, véritablement extraordinaires. Par exemple, le système électronique de votation, malgré certaines attaques, contient les listes électorales, et peut ainsi permettre aux personnes qui devaient voter à d’autres bureaux fermés de pouvoir voter à notre bureau, et d’éviter qu’une même personne puisse voter plusieurs fois. Il suffisait, pour les Catalan.es, de donner leur nom enregistré dans la liste et de montrer une carte d’identité, ce après quoi leur vote était noté et déposé dans l’urne. Le vote avait lieu dans une école primaire, qui avait été transformée en un bureau de vote pour la journée. Il était si émouvant de voir tous ces gens déterminés à voter et ce, malgré la fermeture de plusieurs centaines bureaux de vote, fermetures symptomatiques d’une culture politique et juridique aux relents de franquisme.

À 14h30, alors qu’il était temps de partir afin de regagner la ville de Barcelone, le vote se prenait toujours. Des délégué.es basques, qui nous accompagnaient dans l’autocar, avaient toutefois décidé de rester sur place, afin que la délégation internationale serve de poids moral et médiatique contre de possibles interventions de la Guardia à venir. C’est donc à la fois épuisés, choqués, incrédules et enthousiastes que nous avons regagné la ville en fin d’après-midi. Sur la route, nous avons croisé plusieurs voitures de la Guardia en route vers le nord de la Catalogne, et c’est dans un état d’inquiétude que nous avons regagné Barcelone.

Après un peu de repos à l’hôtel, nous avons ensuite décidé d’assister au grand rassemblement de dévoilement des résultats du référendum, qui se tenait à 20h à la Place de la Catalogne, à Barcelone. Sur place, plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées et attendaient avec enthousiasme et joie de vivre. Les gens chantaient, dansaient, brandissaient leurs drapeaux catalans. De nombreux.ses Catalan.es applaudissaient ou huaient les interventions et discours télévisés qui étaient disponibles sur un grand écran. Y régnait une atmosphère familiale et festive, dans l’espoir d’un nouveau pays à naitre.

Autour de 22h30, les résultats du référendum sont annoncés. En vertu de la loi référendaire, les résultats officiels ne seront toutefois pas attendus avant au moins deux jours, mais les résultats dévoilés sont très positifs, et sont annoncés comme suit dans les médias catalans :

« Vots del sí: 2.020.144, el 89,29%

Vots del no: 176.566, el 7,8%.

En blanc 45.586, el 2,02%

Nuls: 20.129 vots, el 0,8%.

Vots totals: 2.262.424 »

À l’annonce des résultats, la foule se déchaine ; elle crie, applaudit, brandit drapeaux et affiches, pleure de joie, se câline, danse et fête. Des participant.es au rassemblement ouvrent des bouteilles d’alcool et aspergent leurs compatriotes. On fête en famille et entre ami.es, les casseroles retentissent des balcons. Nous ne pouvons qu’être émus devant cette manifestation de joie débordante et d’espoir en un avenir prometteur. Une atmosphère de véritable fête règne dans les rues de Barcelone. On discute joyeusement d’un futur meilleur et on rêve. C’est donc profondément inspirés par cette manifestation joyeuse et pacifique que nous avons regagné l’hôtel, profondément épuisés.

Or, si le vote catalan en faveur du Oui peut sembler prometteur, les nombreuses arrestations et fermetures de bureaux de vote viennent entacher cette journée démocratique. Le gouvernement de Rajoy, véritable honte pour la démocratie occidentale, se doit d’être fermement dénoncé, et à la fin de cette journée historique, nous attendions avec impatience les réactions de la communauté internationale. Le Premier Ministre belge, ainsi que de nombreux dignitaires britanniques, que nous saluons, ont été parmi les premiers à condamner fermement cette violence injustifiée à l’égard de gens pacifiques ne désirant que voter. Il va sans dire que cette journée, dédiée à un droit fondamental, celui de voter, ne va sans rappeler les mots du poète québécois Gérald Godin dans son poème Libertés surveillées, rédigé à la suite des évènements la Crise d’Octobre.

Quand les bulldozers d’Octobre entraient dans les maisons
à cinq heures du matin

Quand les défenseurs des Droits de l’Homme
étaient assis sur les genoux de la police
à cinq heures du matin

Quand les colombes portaient fusil en bandoulière
à cinq heures du matin

Quand on demande à la liberté de montrer ses papiers
à cinq heures du matin

il y avaient ceux qui pleuraient en silence
dans un coin de leur cellule
il y avait ceux qui se ruaient sur les barreaux
et que les gardiens traitaient de drogués
il y avait ceux qui hurlaient de peur la nuit
il y avait ceux qui jeûnaient depuis le début

Quand on fait trébucher la Justice
dans les maisons pas chauffées
à cinq heures du matin

Quand la raison d’état se met en marche
à cinq heures du matin

il y en a qui sont devenus cicatrices
à cinq heures du matin
il y en a qui sont devenus frisson
à cinq heures du matin

il y a ceux qui ont oublié
il y a ceux qui serrent encore les dents
il y a ceux qui s’en sacrent
il y a ceux qui veulent tuer

***

Virginie Simoneau-Gilbert

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique

Sur la route de l’autodétermination des peuples – 3

Virginie Simoneau-Gilbert, étudiante en Histoire et civilisation, sur la route de l’autodétermination des peuples.

b10

 

JOUR 3 : Barcelone

Aujourd’hui était une journée particulièrement chargée ! En effet, plongés, à la fois, dans le tourisme et les rencontres diplomatiques, nous avons regagné notre hôtel, au soir, dans une grande satisfaction … et fatigue, bien entendu.

b9

Tout d’abord, en début d’après-midi, nous nous sommes dirigés vers le Park Güell, célèbre espace vert conçu par Antoni Gaudi, architecte ayant également dessiné la célèbre Sagrada Familia, fameuse cathédrale qui trône fièrement au coeur de Barcelone. Ce parc, situé en hauteur par rapport au reste de la ville, offre une magnifique vue panoramique de Barcelone.

b11

Ses nombreux palmiers et petits sentiers rendent à cet espace vert un charme incontestable. Familles, groupes de musique espagnole et vendeurs de souvenirs participent d’ailleurs à une ambiance chaleureuse et dynamique. Ayant toutefois peu de temps et voulant voir le plus d’attraits touristiques possible de Barcelone, nous avons quitté le parc peu de temps après notre arrivée pour nous diriger vers la Place de la Catalogne.

b12

Une fois arrivés près de la Place de la Catalogne, nous avons pu prendre un dîner constitué de churros, languettes de pâte sucrées salées, trempées dans du chocolat. Il s’agit d’une spécialité culinaire de l’Espagne particulièrement populaire dans ce pays … et c’est compréhensible, car c’est effectivement très bon. Les papilles gustatives satisfaites, nous avons poursuivi notre route vers la Place de la Catalogne où trônent fièrement fontaines et statues. Il s’agit d’un espace magnifique facilement accessible par transports en commun (via le métro Catalunya) dont émane une impression de grandeur.

b13

Par la suite, nous avons déambulé dans les rues à proximité de la Plaça de Ramon Berenguer el Gran, ancien comte de Barcelone dès 1082, car nous avions, à proximité, une rencontre prévue pour 17h.

b14

En effet, à la terrasse d’un café, nous avons rencontré Jordi Solé, député du parti politique Esquerra Republicana, maire de la municipalité d’Alcalde de Caldes de Montbui et vice-secrétaire général des relations institutionnelles et internationales de l’ERC (http://www.jordi-sole.cat/). Nous avons discuté, en français (car Jordi Solé possède une excellente maîtrise de cette langue), pendant une heure, des situations politiques du Québec et de la Catalogne en cherchant, notamment, des parallèles entre nos nations respectives.

b15

Cette expérience enrichissante nous a permis d’en apprendre davantage sur l’oppression que vit la Catalogne depuis 1714 dans son état d’assujettissement à Madrid. La tête bouillonnant d’idées, nous avons ainsi dit au revoir à M. Solé à 18h pour nous diriger vers la place de l’Espagne.

b16

La place de l’Espagne, située près du métro Espanya, est un espace particulièrement impressionnant. En effet, deux gigantesques tours et une immense fontaine y trônent, exemples puissants de l’agressivité colonialiste de Madrid face à la Catalogne. Dernièrement, Madrid a d’ailleurs déclaré illégal le référendum (un exercice politique pourtant légitime) catalan, refusant ainsi toute ouverture envers la Catalogne et allant à l’encontre de la démocratie en Occident. Bref, très impressionnés par cette démonstration de force, nous nous sommes dirigés, pour 20h, à la Terra d’escudella, pour de nouvelles rencontres diplomatiques.

b17

La Terra d’escudella, un restaurant-bar indépendantiste typiquement catalan, est une place tout simplement géniale ! Fréquenté par certains leaders nationalistes catalans, l’endroit contient bon nombre d’affiches indépendantistes, communistes et écologistes, qui donnent à l’emplacement un charme certain. Bondé de monde et ce, même à 11h du soir, le restaurant donne lieu à de nombreuses discutions enflammées au sujet de la Catalogne aspirant à son autodétermination. Une vraie baraque de révolutionnaires ! C’est d’ailleurs à la Terra d’escudella que nous avons rencontré Anna Arqué, coordonnatrice du réseau Xarxa Referèndum 9N et son ami Joan, un historien catalan.

10645249_10205233357059280_5310523881783727723_n

De 20h à 23h, nous avons discuté non seulement des situations socio-politiques actuelles du Québec et la Catalogne, mais également de nos histoires et cultures respectives dans une ambiance particulièrement amicale. Nos camarades indépendantistes nous ont d’ailleurs aidés à lire le menu, écrit en catalan, et nous ont fait goûter à une liqueur typiquement catalane, dont le goût très puissant s’apparente à celui du sirop extra fort contre la toux (et ce n’est pas une blague). Ce souper avec ces gens extrêmement gentils, intelligents et cultivés, restera longtemps gravée dans notre mémoire. Nous les avons d’ailleurs invités à venir au Québec afin d’y observer le mouvement indépendantiste québécois. Il s’agissait de la rencontre politique la plus dynamique que nous avons jusqu’à présent effectuée. Deux personnes incroyables !

C’est donc épuisés mais satisfaits que nous avons regagné notre hôtel en fin de soirée, enrichis par ce souper merveilleux.

v1

Plan du JOUR 4 :
Au cours du jour 4, nous comptons visiter la Sagrada Familia, célèbre cathédrale conçue par l’architecte Antoni Gaudi, ainsi que le Musée Picasso, qui contient bon nombre de toiles du fameux peintre Pablo Picasso. Puis, nous irons, en fin de soirée, se promener sur la plage, attrait touristique important de Barcelone.

Virginie Simoneau-Gilbert

 

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Photos, Politique

Sur la route de l’autodétermination des peuples – 2

Virginie Simoneau-Gilbert, étudiante en Histoire et civilisation, sur la route de l’autodétermination des peuples.

b5

JOUR 2 : Barcelone

Wow … Que dire de ce jour grandiose … Aujourd’hui était une journée tout simplement SENSATIONNELLE. Encore imprégnée de l’immense ferveur nationaliste de la grande manifestation « Ara és l’hora », je peine à ressembler mes pensées qui se succèdent à un rythme effréné.

b1
Tout d’abord, après un peu de repos, nous nous sommes dirigés, vers 13h, à l’Arc de Triomf où se balance fièrement au vent le drapeau catalan en ce moment historique de grands rêves et projets pour la Catalogne. Des milliers de personnes avaient déjà envahi la place et ce, près de quatre heures avant la grande manifestation, afin de se procurer, aux nombreux kiosques, macarons, t-shirts, colliers, bracelets et autres souvenirs à l’effigie du drapeau catalan. Sous le soleil radieux de Barcelone et une température avoisinant les 30 degrés, nous avons ainsi acheté nos t-shirts officiels, de couleur rouge, de la manifestation ainsi que plusieurs macarons du « SiSi ».

b4

Par la suite, à l’intersection des rues Passeig de Lluis Compagnys et Carrer de Tralfagar, nous avons assisté, dès 14h, au défilé des motos. Ces assourdissants bolides, affichant drapeaux catalans et exprimant bruyamment leur sentiment nationaliste avec bon nombre de klaxonnements et vrombissements, ont paradé pendant plusieurs minutes autour de l’Arc de Triomf en guise de préambule au grand rassemblement de 17h14. Fier, ce cortège tonitruant était tout simplement magnifique à voir. Une excitation grandissante régnait dans la foule qui attendait la grande manifestation avec impatience. Tous, jeunes et moins jeunes, étaient présents pour assister à cette assourdissante parade dans la joie et la fête. C’était vivant, animé, réjouissant, chaleureux.

b2

Finalement, le moment tant attendu est arrivé. Vers 16h, nous avons pris place au sein de la « tram 64 » de la grande manifestation en forme de « V » symbolisant la victoire espérée du camp du oui et incitant les électeurs à aller voter le 9 novembre prochain. Dans cette section du rassemblement, nous avons déployé un géant du drapeau du Québec dont les dimensions sont de 8 X 12 pieds. Nous avons également affiché une banderole sur laquelle est inscrite « Le Québec està amb volsatres » (« Le Québec est avec vous » en catalan) afin de donner un maximum de visibilité au Québec dans cet événement à grand déploiement.

vts

Peu de temps avant 17h14, les indépendantistes, venus en grand nombre, ont formé des rangées de quatre personnes par couleur de t-shirt (c’est-à-dire jaune et rouge) afin de représenter, dans une vue d’ensemble de la manifestation, les franges du drapeau catalan. Des bénévoles sur place et des panneaux indiquant les numéros des rangées aidaient d’ailleurs à placer les gens dans cette organisation importante et complexe. Une ambiance particulièrement festive était omniprésente. Ballons, pyramides humaines, musique et confettis participaient, de ce fait, à cette atmosphère de réjouissance. Aînés, familles et enfants, tous étaient de la partie afin d’exprimer leur amour incommensurable pour leur pays en devenir, la Catalogne. L’assemblée nationale catalane, devant cette masse colossale, a d’ailleurs estimé la foule à 1,8 MILLION DE PERSONNES ! Une profonde impression de grandeur et de splendeur émanait de cette foule grandiose aspirant à sa liberté et son indépendance. C’est avec admiration envers la Catalogne que j’ai ainsi participé à ce magnifique rassemblement. Ce gigantesque événement est ainsi un excellent modèle de maifestation pacifique et démocratique pour le mouvement indépendantiste québécois qui peine présentement à mobiliser la population. Devant ce fort sentiment nationaliste affiché et assumé, le Québec ne peut que s’inspirer positivement de cette puissante vague de liberté qui balaie présentement la Catalogne. C’est d’ailleurs en aspirant à un mouvement indépendantiste aussi éclatant que celui des Catalans que les rêves des leaders nationalistes du Québec, tels que le Chevalier de Lorimier, leader important de la Rébellion des Patriotes (1837-1838), seront réalisés : « Malgré tant d’infortune, mon cœur entretient encore du courage et des espérances pour l’avenir, mes amis et mes enfants verront de meilleurs jours, ils seront libres. Un pressentiment certain, ma conscience tranquille me l’assurent. », écrivait-il dans son testament en 1839.

b3

Bref, cette manifestation était tout simplement SENSATIONNELLE. Jamais de ma vie je n’ai pris part à un rassemblement aussi impressionnant. C’était festif, réjouissant, chaleureux, familial, rassembleur, grandiose, sublime, extraordinaire, incomparable. C’était beau.
C’est donc la tête remplie de magnifiques souvenirs que nous avons regagné notre hôtel en fin d’après-midi.

Déroulement du JOUR 3 :
Durant la troisième journée, le 12 septembre, nous allons effectuer d’autres rencontres politiques avec des représentants du Sindicat d’Estudiants dels Països Catalans (SEPC) à 12h ainsi qu’avec Anna Arque du réseau référendum 9N à 18h. Nous travaillons également présentement à obtenir une rencontre avec l’Assemblée nationale catalane dans les prochains jours.

Aperçu vidéo de l’ambiance de la grande manifestation :
https://www.facebook.com/video.php?v=10205225368379568

Lien vers l’album photo :
https://www.facebook.com/virginie.simoneaugilbert/media_set?set=a.10205216994570228.1073741827.1406963457&type=3

Articles et photos à propos de la mission à Barcelone :
http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/09/11/manifestation-a-barcelone-des-quebecois-parmi-la-foret-de-drapeaux-catalans_n_5807404.html
http://ssjb.com/la-societe-saint-jean-baptiste-a-barcelone/
http://ssjb.com/selon-lanc-le-troisieme-referendum-quebecois-sera-gagnant/

Virginie Simoneau-Gilbert

1 commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Photos, Politique

Sur la route de l’autodétermination des peuples – 1

Virginie Simoneau-Gilbert, étudiante en Histoire et civilisation, sur la route de l’autodétermination des peuples.

v 1

 

JOUR 1 : Paris et Barcelone

– Paris :

Après un départ de Montréal dans une grande fébrilité, nous sommes arrivés pour une escale de presque sept heures à Paris à 8h21 du matin, heure de l’Europe. Puisque nous embarquions pour le vol vers Barcelone seulement à 14h55, nous avons donc décidé de prendre un bain, très court, certes, de la ville lumière et ce, malgré le manque de sommeil important dont nous souffrions.
Tout d’abord, après avoir passé les douanes, nous nous sommes dirigés, avec le train RER, dont une ligne assure le transport entre l’aéroport Charles-de-Gaulle et l’île de la Cité, vers les Champs-de-Mars, devant lesquels trône fièrement la Tour Eiffel. Les Champs-de-Mars, lieu important de la Révolution française où se tinrent de nombreux rassemblements républicains (dont celui, tristement célèbre, du 17 juillet 1791, dans lequel 50 personnes trouvèrent la mort), sont aujourd’hui un immense espace vert de Paris où se déroulent, chaque année, bon nombre d’activités.
Par la suite, après cette courte promenade au pied de la Tour Eiffel, nous nous sommes dirigés vers le Café de Flore, sur le boulevard Saint-Germain, dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, pour y dîner. Célèbre pour y avoir été fréquenté par de grands intellectuels du 20e siècle, le Café de Flore a notamment servi café et viennoiseries à Albert Camus, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Louis Aragon, André Breton, Eugène Ionesco, Boris Vian, Emil Cioran, et tant d’autres. Certains d’entre eux, tels que Camus et Sartre, se sont d’ailleurs intéressés à la question des peuples aspirant à leur autodétermination (et, en particulier, à l’époque, le peuple algérien, qui se trouvait alors en pleine guerre d’indépendance).

v 2
Finalement, après avoir savouré de succulentes pâtisseries et siroté un bon café, nous nous sommes dirigés vers la cathédrale Notre-Dame de Paris, située sur l’Île de la Cité. Lieu mythique de la ville lumière, la grandiose Notre-Dame a su inspirer, au fil des époques, de nombreux auteurs, dont nul autre que le père du romantisme, Victor Hugo, avec son célèbre roman du même nom publié en 1831.

v3
Toutefois, malgré le peu de temps passé à Paris, ces quelques heures ont été particulièrement marquantes. En effet, marcher dans ces lieux remplis d’histoire et empreints d’une profonde tradition républicaine fut, certes, un moment très émouvant qui restera, le plus longtemps possible (nous l’espérons), gravé dans notre mémoire. Assurément, Paris la magnifique saura nous inspirer pour la suite de notre voyage à Barcelone, Berlin et Édimbourg.

– Barcelone

Après un départ de Paris vers 15h40, nous sommes arrivés à Barcelone vers 17h50 sous un soleil magnifique et une température avoisinant les 28 degrés Celcius.
En premier lieu, après avoir récupéré nos bagages, nous nous sommes dirigés en direction de notre hôtel, situé à cinq minutes à pied d’une bouche de métro dans la banlieue de Barcelone, Hospitalet. Durant ce trajet, nous avons pu admirer, notamment, de nombreux drapeaux catalans accrochés aux balcons et fenêtres, symboles d’un sentiment nationaliste très fort chez la population à la veille du référendum qui se tiendra le 9 novembre prochain. On peut ainsi constater que la question nationale est une préoccupation quotidienne chez les catalans. À la vue de tous ces drapeaux, il est presque impossible de ne pas se sentir fortement impressionné par cette ferveur patriotique affichée et assumée … qui détonne, certes, avec celle que l’on retrouve chez la population québécoise. D’autres réflexions concernant le nationalisme en Catalogne suivront bientôt …

v 4
En second lieu, nous avons fait la rencontre de Miquel Vila puis, brèvement, de Maria Corrales, représentants du Sindicat d’Estudiants dels Països Catalans (SEPC). Ces jeunes indépendantistes s’impliquent pour la libération de la Catalogne depuis de nombreuses années. De gauche, ces deux militants ne rendent toutefois pas conditionnelle la lutte indépendantiste à un projet social, contrairement à certaines autres branches du mouvement nationaliste catalan qui voient l’autodétermination de la Catalogne comme un moyen permettant de parachever la lutte des classes menée depuis le 19e siècle. Cette vision socialiste de l’indépendance est d’ailleurs également présente au Québec, notamment chez le parti Québec Solidaire (QS) ou chez le Mouvement Progressiste pour l’Indépendance du Québec (MPIQ). En ce qui a trait aux convictions politiques de jeunes militants tels que Miquel Vila et Maria Corrales, leur idée de l’indépendance se rapproche, au Québec, de celle véhiculée par le parti Option Nationale (ON), organisation qui considère l’autodétermination du Québec comme prioritaire et urgente. « Avant d’être à gauche ou à droite, il faut être. », est d’ailleurs une phrase que Jean-Martin Aussant, fondateur d’Option Nationale, a de nombreuses fois citée dans ses allocutions.

v 5
Par la suite, après une longue discussion politique autour d’une sangria, Miquel nous a conduits à une spectaculaire marche aux flambeaux indépendantiste. Il est d’ailleurs assez surprenant de retrouver un tel rassemblement à la veille de la gigantesque manifestation en forme de « V » symbolisant la victoire espérée du camp du oui. Ce genre de démonstrations nombreuses est ainsi un exemple flagrant de l’immense sentiment nationaliste présent chez la population. À la fois fatigués et satisfaits, nous avons regagné notre hôtel, empreint d’une première forte impression du mouvement indépendantiste catalan.

Petites découvertes étonnantes de la première journée :
1- Le café crème de Paris.
2- L’air pincé et un peu désagréable de certains Parisiens …
3- Les drapeaux catalans accrochés en grand nombre aux fenêtres et balcons des appartements de Barcelone.
4- Le métro de Barcelone extrêmement bien fait qui possède l’air climatisé, le réseau ainsi qu’un système indiquant l’arrivée du prochain train à la seconde même.
5- L’activité intense qui règne à Barcelone et ce, même à 23h un mercredi soir.

Déroulement du JOUR 2 :

Durant la deuxième journée, nous prendrons part, au sein d’une délégation québécoise, à la manifestation du grand « V » de 17h14 (1714 étant la date de l’annexion de la Catalogne à l’Espagne après la Guerre de Succession d’Espagne) à 20h14 (2014 étant la date prévue du référendum du 9 novembre prochain). Nous tenterons également, durant les jours qui suivront, de rencontrer des représentants de l’Assemblée Nationale Catalane (ANC). D’autres détails et réflexions concernant le nationalisme catalan suivront …

Sur ce,

Ara és l’hora !

Lien vers l’album photo : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10205216994570228.1073741827.1406963457&type=1&l=3ecbb3cc84 »

Virginie Simoneau-Gilbert

 

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Photos, Politique

Barcelone: Manif en V

10689959_1529685520577010_1529858377548039221_n

Virginie Simoneau-Gilbert, étudiante en Histoire et civilisation, sur la route de l’autodétermination des peuples.

11 septembre 2014 : Le drapeau québécois géant devant l’Arc de Triomf, Barcelone, et bon nombre de Catalans venus prendre photos et vidéos avec le fleurdelisé.
Vous trouverez davantage de photos en cliquant sur le lien suivant :https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1529685157243713.1073741837.1523700971175465&type=1
— à Barcelone.

Plus d’un million de Catalans sont descendus dans la rue jeudi pour réclamer la tenue d’un référendum sur l’indépendance de la province espagnole. Une demande rejetée par Madrid.

 

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Politique