De la nécessité des humanités pour le temps présent

nussbaum

Martha Nussbaum

De quelle formation les jeunes ont-ils besoin?

Pierre Després – Pour le groupe Philosophie, éducation et société, Le Devoir 14/11/15

La philosophe américaine Martha Nussbaum souligne l’importance des humanités, tout en considérant l’éducation scientifique comme une alliée

Les 2 et 3 novembre derniers se déroulait à Boucherville un colloque international sur la main-d’oeuvre qualifiée. À cette occasion, M. Éric Tétrault, porte-parole de Manufacturiers et Exportateurs du Québec, déclarait : « Il faut que notre système d’éducation au complet se mette au service de l’économie. » Si les entreprises veulent profiter des récentes ententes commerciales tels le Partenariat transpacifique et l’accord de libre-échange avec l’Europe, elles doivent être plus concurrentielles et la formation de la main-d’oeuvre est au coeur de l’équation, résumait Le Devoir du 3 novembre.

Le cri d’alarme de M. Tétrault rappelle celui des gens d’affaires des années 1960 qui se plaignaient de la formation déficiente de la main-d’oeuvre québécoise. Le gouvernement libéral de Jean Lesage avait répondu à cette demande en créant notamment une commission d’enquête sur l’éducation, qui aboutit au rapport Parent. Les commissaires y soutenaient qu’il fallait donner aux futurs techniciens et aux futurs étudiants universitaires la même formation générale humaniste, c’est-à-dire orientée vers le développement intégral de la personne et accordant une large place aux humanités, soit entre autres à la littérature et à la philosophie. Dans leur esprit, cette formation générale permettrait de former à la fois des citoyens éclairés et des travailleurs compétents ; elle fournirait notamment aux travailleurs l’autonomie et la polyvalence qui les rendraient aptes à s’adapter au monde du travail. S’ensuivit alors la création des cégeps, une institution d’enseignement propre au Québec.

Aujourd’hui, les cégeps dispensent chaque année à plus de 175 000 jeunes une formation générale (français, anglais, philosophie, éducation physique et deux cours complémentaires) qui représente environ 40 % de leur formation. Mais malgré le succès de la formule collégiale, cette formation générale apparaît dépassée aux yeux de certains. Les rapports du Conseil supérieur de l’éducation entonnent ce refrain depuis des années. Récemment, un rapport ministériel, le rapport Demers (2014), recommandait une meilleure adaptation de la formation générale des cégépiens aux exigences actuelles de l’économie.

Dans le contexte d’une mondialisation accélérée de l’économie et d’économies nationales qui éprouvent parfois de sérieuses difficultés, les inquiétudes du représentant des Manufacturiers et Exportateurs du Québec et de diverses instances ne sont probablement pas dénuées de fondement, mais que faut-il au juste adapter ? De quelle forme d’éducation nos jeunes ont-ils besoin ? Faut-il ou non maintenir une formation générale commune à tous les cégépiens ? Cette formation doit-elle demeurer de type humaniste ?

La réflexion de Martha Nussbaum

Une philosophe américaine, Martha Nussbaum, a longuement réfléchi à ces questions. Une vaste enquête effectuée dans plus de 100 collèges américains (Cultivating Humanity, a Classical Defense of Reform in Liberal Education, Harvard University Press, 1997) l’a amenée à conclure qu’une formation humaniste de la jeunesse était indispensable au développement même de la démocratie américaine.

Elle a par la suite exposé sa position dans un ouvrage qui plaide pour le maintien des humanités (arts, philosophie et littérature) dans la formation des citoyens : Not for Profit : Why Democracy Needs the Humanities, Princeton University Press, 2010 (Les émotions démocratiques, comment former le citoyen du XXIe siècle ?, Climats, 2011).

La philosophe n’y oppose pas les humanités aux sciences et aux sciences sociales ; elle considère au contraire ces dernières comme essentielles. Lorsqu’elles sont pratiquées sous leur meilleur jour, dit-elle, ces disciplines sont imprégnées de « l’esprit des humanités », ce qui comprend « la pensée critique, une imagination audacieuse, une compréhension empathique des expériences humaines dans toute leur diversité, et une compréhension de la complexité du monde dans lequel nous vivons ».

L’éducation scientifique, insiste-t-elle, est une alliée des humanités, car elle se concentre sur le développement de la pensée critique, de l’analyse logique et de l’imagination. Les sciences et les sciences sociales, même si elles perdent parfois du terrain, dit-elle, ne sont généralement pas remises en question dans les démocraties. Par contre, la philosophie, la littérature et les arts, eux, font partout l’objet d’amputations sévères, du primaire à l’université. Ce faisant, considère Nussbaum, les États se privent d’atouts indispensables à la survie des démocraties. Nous traversons actuellement, soutient-elle, « une crise mondiale de l’éducation ».

Nous vivons, évalue la philosophe, dans une époque d’angoisse : angoisse religieuse, angoisse économique, angoisse environnementale. Des enjeux complexes traversent nos sociétés contemporaines et les défis qui se posent nous paraissent parfois insurmontables ; un pluralisme d’opinions et de visions du monde, religieuses ou séculières, prévaut dorénavant. Dans un tel contexte, comment répondre aux défis de façon créative ? Comment garantir les droits de tous, y compris des minorités ? Comment créer les conditions — économiques et sociales — pour que ces droits puissent s’exercer réellement et que chacun puisse s’accomplir librement ? Comment favoriser une stabilité démocratique et une croissance économique qui seraient profitables à tous ?

Pour Martha Nussbaum, les capacités que permet de développer l’enseignement des humanités font partie de la solution : nommons entre autres les capacités de raisonner adéquatement, de porter un jugement critique sur les décideurs politiques, de penser au bien du pays, de voir son propre pays comme une fraction d’un ordre mondial complexe. Tout aussi importante : la capacité d’être sensible à la situation des autres, c’est-à-dire « la capacité à imaginer l’effet que cela fait d’être à la place d’un autre, à interpréter intelligemment l’histoire de cette personne, à comprendre les émotions, les souhaits et les désirs qu’elle peut avoir ». Cette dernière capacité, Nussbaum l’appelle« l’imagination narrative ». La danse, la musique, la poésie, la littérature, les arts, le jeu sont tous des pratiques qui permettent de cultiver cette disposition capitale. Mais ce sont de telles disciplines, tout comme la philosophie, que plusieurs dirigeants considèrent comme futiles et qu’il faudrait, selon eux, abolir (ou qu’ils ont déjà abolies !).

Et au Québec ?

Les capacités mises de l’avant par la philosophe américaine rappellent en partie celles inscrites dans la formation collégiale des jeunes au Québec. La première visée du profil de la formation générale insiste par exemple sur l’importance de former la personne à vivre en société de façon responsable. À la fin de ses études collégiales, le cégépien devrait faire preuve d’autonomie et de créativité, d’une pensée rationnelle, critique et éthique et il devrait être en mesure d’assumer ses responsabilités sociales.

Dans un ouvrage paru en mai dernier, L’enseignement de la philosophie au cégep. Histoire et débats (PUL, 2015), nous avons soutenu la nécessité de sauvegarder l’héritage humaniste de la formation générale collégiale mise en place dans la foulée du rapport Parent. Un humanisme renouvelé qui doit toutefois prendre acte de l’évolution qu’a connue notre société depuis la Révolution tranquille. La philosophie et la littérature demeurent des outils éducatifs de premier plan pour former les futurs citoyens, mais pour ce faire, elles doivent s’enraciner dans une culture publique commune et manifester constamment leur pertinence.

Nussbaum, rappelons-le, prône l’enseignement des humanités du primaire à l’université. Au Québec, l’enseignement de la philosophie pourrait favoriser une meilleure cohérence entre certains programmes de l’enseignement primaire et secondaire, d’une part, et la formation générale collégiale, d’autre part. Le développement de la réflexion éthique et politique, de même que la pratique du dialogue (comme promus par exemple dans le programme Éthique et culture religieuse enseigné au primaire et au secondaire) nous apparaissent essentiels dans ce contexte. La philosophie peut ainsi contribuer à développer l’une des libertés essentielles que met de l’avant Martha Nussbaum dans un autre de ses ouvrages (paru en français sous le titre Capabilités. Comment créer les conditions d’un monde plus juste, Climats, 2012), libertés indispensables au développement d’un monde plus juste : être capable d’utiliser ses sens, d’imaginer, de penser, de raisonner et de faire tout cela d’une manière « vraiment humaine », une manière informée et cultivée par une éducation adéquate (y compris, mais pas seulement, une éducation de base en humanités, mathématiques et sciences).

Pour certains dirigeants, ce sont d’abord et avant tout, sur le plan de l’éducation, des qualifications technologiques poussées qui permettront aux sociétés d’accroître leur productivité et leur compétitivité. Nussbaum démontre qu’une telle orientation de l’éducation, une vision utilitariste axée uniquement sur la recherche du profit, ne peut avoir que des effets néfastes sur tous les plans. Certes, au Québec, des changements peuvent être nécessaires dans le système d’éducation, que ce soit dans la formation professionnelle donnée au secondaire ou dans les secteurs professionnels ou préuniversitaire du collégial. Mais sabrer les humanités ne ferait qu’appauvrir — dans tous les sens — la société. Car la pensée critique, l’imagination et la créativité sont indispensables à des démocraties vivantes et dynamiques.

***

BLx

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s