Épopée – non pas essai, fragment, aphorisme…

Épopée[1] – non pas essai, fragment, aphorisme, article, étude, évaluation, considération ou observation – reposant sur un regard interne de l’esprit d’un étudiant moyen au collégial sous l’influence d’un groupe social déterminé, mais changeant, polymorphe; duquel les membres vont et viennent, duquel la dynamique évolue et duquel une image fixée, et ceci à tort, est projetée;

épopée singulière, personnelle, introspective et réflexive qui pourrait faire écho à vos   propres angoisses estudiantines, sociales, intellectuelles ou existentielles;

épopée chaotique, confuse, tourmentée, incohérente, déambulatrice;

épopée évolutive par laquelle la chaise de la confortabilité sensorielle de la personne en rapport aux normes sociales dans l’espace temps où elle peut être influencée se trouve tant ébranlée, chamboulée, dérangée, secouée, remuée et dénaturée que la matière (qui n’est pas si palpable) s’en trouve indubitablement anéantie;

épopée non pas porteuse d’une tentative pédantesque de classer de manière exhaustive les qualités intellectuelles, émotives ou sociales de l’étudiant moyen, mais d’une aventure à l’intérieur même de la psyché d’un individu dans lequel vous pourriez vous reconnaître;

épopée qui vous invite, lecteurs, à plonger dans la conscience d’un inconnu tout ce qui a de plus banal dans un quotidien des plus prosaïque, mais dont cette épopée déterminera l’existence jusqu’à sa toute fin;

épopée aux vertus universelles – pas universelles comme l’entendrait Kant dans sa Métaphysique des mœurs, mais universelles, car pouvant rejoindre l’ensemble des étudiants, puisque chaque étudiant, à un moment ou un autre, s’y perdra immanquablement en recherchant la perfection jusqu’à l’apogée de son intellect, mais pour qui cette mission tient du reclus social, de la solitude, de l’isolement, de l’ermitage et de la marginalisation par les pairs;

épopée dont l’issue imprévisible, nébuleuse, titubante, pourrait mener à la plus grande des déceptions que le sujet eut jamais vécu;

épopée rampant vers l’espoir, la reconnaissance, l’accomplissement, la performance, le bienêtre et visant l’atteinte d’une béatitude absolue;

épopée dont l’aboutissement incertain pourrait causer des troubles dermique, pulmonaire, cognitif, neurologique et/ou psychologique tels que l’eczéma, l’amnésie, l’apnée involontaire (ou volontaire), l’amnésie, la démence et le trouble anxieux;

épopée qui, n’ayant aucune prétention littéraire, lyrique, poétique ou stylistique, se veut l’humble messagère d’un réseau dormant de névrosés en puissance, car sa finalité entrainera une rupture névralgique pouvant mener soit à un délire mégalomane, soit à une modestie démesurée, car la déchéance du tiroir de la pensée est vite arrivée;

épopée pesant sur l’ensemble du réseau humain rattaché au regroupement des cégeps – dont l’institution est propre au Québec qui, malheureusement, n’est toujours pas arrivé à s’émanciper – mais, qui dans ce cas, concerne précisément la pluie sociale ardente du cégep Marie-Victorin se trouvant dans le quartier de Rivière-des-prairies, qui se trouve sur l’île de Montréal, qui se trouve dans le Québec, qui se trouve dans le Canada, qui se trouve lui-même en Amérique du nord, continent de la planète Terre (ainsi nommée par ses habitants), qui se trouve dans le système solaire de l’étoile maintenant notre existence possible, qui pour sa part est composant de la voie lactée, et donc, de l’univers;

épopée dont le titre, par sa substantielle substance, s’en trouve plus épique que son contenu; or celui-ci prendra bientôt fin pour laisser place à l’épopée susmentionnée à outrance, de manière intempestive, aléatoire, déplacée; tout comme la forme de cette même épopée qui se veut révélatrice de l’esprit désordonné de son auteur qui

La toile, une adresse: omnivox… [nouvelle note d’évaluation] (cliquez).

Stéphanie Bertrand

[1] Ceci est un hommage au génie du très honorable et modeste auteur du Petit guide sobre, commode, simplement abrégé, objectivement ambitieux et révolutionnaire des titres de travaux long, volumineux et désespérément interminables; une aventure ambigüe qui mène vers le malaise du lecteur, mais surtout, et c’est l’essentiel, vers une euphorie et/ou vers une mauvaise note du même lecteur: le guide pour tout titrier qui se respecte dans le plus substantifique des titres, Yannick Roy, titrier. Hommage, certes, mais qui se veut humble, posé, inspiré. Ceci n’est donc pas une introduction, mais bien un titre visant à attirer votre attention sur un enjeu d’une importance capitale dont vous connaitrez les détails sous peu

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Art, Histoire et civilisation, Lettres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s