Petit guide sobre, commode, simplement abrégé, objectivement ambitieux et révolutionnaire des titres de travaux longs, volumineux et désespérément interminables; une aventure ambigüe qui mène vers le malaise du lecteur, mais surtout, et c’est l’essentiel, vers une euphorie et/ou vers une mauvaise note du même lecteur: le guide pour tout titrier qui se respecte dans le plus substantifique des titres

Les titres sont d’une importance capitale et indubitable. C’est un fait indiscutable dont on ne peut nier l’importance ni discuter plus longtemps. Nous allons donc voir comment écrire un bon titre en énumérant les quelques étapes nécessaires à leurs excellentes et parfaites élaborations, en utilisant l’exemple comme méthode pédagogique dans les quelques succincts sous-titres qui suivent.

Trouvez le sujet de rédaction de votre travail que votre enseignant, professeur, mentor, régent, seigneur, patron, préfet, despote, tyran, maitre, ou autre personne se situant au-dessus de vous hiérarchiquement dans la situation d’énonciation dans laquelle se présente votre texte, qui ne sait pas écrire, mais qui vous utilise comme scribe vous aura fort probablement et gentiment donné au préalable, et terminer le travail en question qui ne devrait normalement pas être commencé la veille de la remise de celui-ci, à moins dun contretemps sérieux, comme une invasion-surprise de la Russie, un commentaire intelligent dun chroniqueur du Journal de Montréal ou la génération spontanée danimaux infernaux en direct dans son salon

Il est important de mentionner que le titre ne doit jamais être écrit ou achever avant la fin de la rédaction ou du travail, car le titre doit englober, décrire, gloser, voir diriger le lecteur dans l’herméneutique qu’il peut en faire; il est ainsi nécessaire de terminer la rédaction pour trouver le titre le plus parfait possible dans le meilleur des textes possibles.

Insérez le sujet de votre document, ainsi que tout autre mot relié et nécessaire à la finition de votre titre reliée par lutilisation des techniques mentionnées ici-bas en intra-sous-titre

  1. L’énumération excessive, chargée, intense, interminable, incroyablement longue, colossale et judicieuse de synonymes, antonymes et autres adjectifs pouvant être mentionnés, écrits, suggérés ou usurpés de façon logique dans le titre, dont lexpérience de lecture devrait donner le même effet au lecteur que lintra-sous-titre #1
  1. La répétition courte, mais furieusement violente, perturbante, qui dérange le lecteur par sa syntaxe trouble qui permet dincorporer de courte, mais efficaces, figure de titres à votre titre tel que vous laviez lu dans cet intra-sous-titre #2 à ne pas confondre avec lintra-sous-titre #1 ou #3 ou encore #4
  1. Lannexion impertinente, mais enrichissante pour le sujet de ce guide, cest-à-dire les longs titres, les évènements extérieurs au travail achevé, mais reliés, comme le fait que ce texte ne mentionne pas lidéologie communiste et laventure peu fantasmagorique dun collégien dans le coin sombre de linternet et les reptiliens, ou un meilleur exemple mentionné ici-bas éclairant les circonstances de création dudit titre

Cette technique comprend obligatoirement ce que nous allons appeler des sujets pour ce rapprocher ou s’éloigner de l’anecdote, comme cet exemple-ci tiré d’un de mes travaux;

Rapport sur le laboratoire de chimie:

Une épopée scientifique de deux élèves dhistoire et civilisation au labo de chimie;

Expérience de chimie concernant lacide, un catalyseur et de la température doublé dune autre expérience sur la formation de précipité et la fin tragique dun bécher au fond dun évier

Cette technique peut aussi servir à insérer une déception ou autre émotion;

Rapport sur le laboratoire de physique :

La seconde épopée scientifique de deux élèves dhistoire et civilisation qui commença au labo de chimie et qui se termine au labo de physique;

Expérience de physique concernant deux billes, une table, deux mètres de comptoir, du papier carbone et qui malheureusement na pas grand-chose à avoir avec la physique quantique et les trous noirs.

  1. La technique classique de tout bon aspirant titrier qui consiste à utiliser les mots « épopée» et « glorieux » dans tous les titres quil conçoit avant que lillumination des possibilités littéraires infinies ne vienne magnifier les déjà somptueuses et méthodologiquement rigoureuses pages de présentations de ses travaux

Voici quelques conseils rapides se trouvant sous un titre beaucoup trop allongé sur son propre sujet (il sagit en effet dun métatitre), soit le sous-titre quil représente dans ce guide sur les longs titres, pour achever un titre digne des phrases de Descartes ou aussi péniblement infini que la stupidité et la cruauté humaine comme en témoigne certaines œuvres (voir « Petit guide simple, simplet, simplement court et objectivement ambitieux et révolutionnaire des titres de travaux longs, volumineux et désespérément interminables, une aventure ambigüe qui mène vers le malaise du lecteur, mais au final, vers une euphorie ou vers une mauvaise note du même lecteur ou le guide pour tout titrier qui se respecte »)

Ne jamais mettre de point à la fin d’un titre; ce serait suggérer qu’il y ait une fin à vôtre titre, et tout titrier sait pertinemment que tout titre n’est jamais terminé, car, et on laissera le lecteur en proie à cette douloureuse interrogation, le titre allégorise un texte qui n’est jamais potentiellement fini, ce qui explique que cette phrase n’a pas de fin, ou pour dire autrement, la

Yannick Roy

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Art, Histoire et civilisation, Lettres, Philosophie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s