Pensées – Retour de Paris, Barcelone, Berlin et Édimbourg

« Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge ! »

 – Joachim Du Bellay

 

  1. En dégustant un café-crème au Café de Flore de Paris après une courte nuit, je ne peux m’empêcher d’avoir une petite pensée pour le célèbre chanteur Charles Aznavour et le passage suivant de sa chanson La Bohème : « Et ce n’est qu’au matin / Qu’on s’asseyait enfin / Devant un café-crème / Épuisés mais ravis / Fallait-il que l’on s’aime / Et qu’on aime la vie ».
  1. Voir 1,8 million de catalans qui s’embrassent, qui s’embrasent ensemble pour leur indépendance, fait croire à nouveau en un grand rêve collectif.
  1. Petite pensée pour le philosophe algérien Albert Camus à la vue des 1,8 million de Catalans qui étaient présents à la grande manifestation « Ara és l’hora » : Ces gens de cœur rassemblés en grand nombre correspondent parfaitement, je crois, à la définition de l’indigné selon Camus : « Qu’est-ce qu’un homme révolté ? C’est d’abord un homme qui dit non. Mais s’il refuse, il ne renonce pas : c’est aussi un homme qui dit oui, dès son premier mouvement[1]. »
  1. La terra d’escudella, un petit restaurant indépendantiste situé dans un coin sombre d’une rue de Barcelone, est comme le pont Champlain : avant d’y accéder, tout le monde s’en méfie mais après, tout le monde le fréquente jusqu’à créer un achalandage monstre.
  1. Petite pensée irrationnelle après avoir dégusté une crème glacée Häagen-Dazs dans un magasin du même nom à Berlin : Si la crème glacée était l’objet d’un culte, je me convertirais à cette nouvelle religion sur-le-champ. « Le corps du cornet. Amen. »
  1. Après avoir croisé des militants du camp du non aux Meadows à Édimbourg qui nous tendaient des pamphlets avec empressement dans l’espoir de nous transformer en unionistes, j’éprouve de grands regrets. J’aurais dû leur répondre : ‘’ No thanks ! ‘’.
  1. Au lendemain de la défaite référendaire, je constate tristement que la promesse de bonbons, en politique britannique, fonctionne toujours et ce, malgré l’oppression depuis des siècles et des siècles du peuple écossais. Cependant, j’attends toujours le jour où l’Écosse prendra conscience que « un non, c’est un oui au change-ment ».
  1. Après la défaite référendaire écossaise, une mince lueur d’espoir m’envahit encore. Je souhaite éperdument que les Écossais, dans un avenir rapproché, sauront reprendre le flambeau de leur émancipation nationale. Or, s’il en va autrement, j’ai bien peur que leur histoire ne se résumera qu’au triste mot

 

FIN

Virginie Simoneau-Gilbert

[1] Albert CAMUS. L’homme révolté, Bibliothèque des classiques, http://classiques.uqac.ca/classiques/camus_albert/homme_revolte/camus_homme_revolte.pdf, (Page consultée le 16 octobre 2014)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s