Marchandisation de l’éducation: l’exemple de l’Université Carlton

L’homme d’affaires albertain Clayton Riddell, très proche des conservateurs, a fait un don de 15 millions à l’École de gestion politique de l’Université Carleton d’Ottawa. Mais cet «acte de philanthropie» suscite la controverse, car en raison d’une entente jusqu’alaors gardée secrète, il apparaît que ce don n’est pas tant un geste désintéressé qu’un moyen d’influencer, voir même d’infléchir, les orientations de l’institution:

«Le contrat qui a été livré à La Presse canadienne le 29 juin révèle que la Fondation Riddell a bel et bien nommé trois des cinq membres d’un comité de direction qui a une influence importante dans les décisions concernant le budget alloué au programme de gestion politique, mais également les choix pour l’embauche, le directeur administratif et le cursus.

«Preston Manning, le fondateur du défunt Parti réformiste du Canada, siège à la tête du comité. Son ancien chef de cabinet Cliff Fryers y est aussi, comme Chris Foggart, l’ancien chef de cabinet du ministre conservateur John Baird, de même que deux porte-parole de l’université.» Le Devoir, 14/07/12

Et on se demande pourquoi on réclame haut et fort au Québec la tenue d’États généraux sur les finalités de l’université…

BLx

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s