«Les nouveaux demi-civilisés» que vous êtes?

Dans la page Idées du journal Le Devoir paraissait aujourd’hui un texte qu’il faut lire, un texte polémique signé par un jeune enseignant au collégial, Ian Murchison, qui compare la jeunesse actuelle, la «génération internet», aux Demi-civilisés dont il est question dans le roman du même nom: «Dans Les Demi-Civilisés, publié en 1934 par le journaliste et romancier Jean-Charles Harvey, l’auteur dépeint sans réserve une société captive de la Grande Noirceur où la liberté n’a pas sa place, un monde où le clergé impose des œillères énormes à ses ouailles assujetties, un monde où toute originalité artistique est vite associée à la turpitude.» Ce roman, on s’en doute, provoqua la plus grande réprobation lors de sa parution, or M. Murchison s’étonne de l’indifférence que ce roman suscite aujourd’hui auprès de ses étudiants, qu’il décrit ainsi:

«En entrant dans la salle de cours, ils s’installent contre la fenêtre pour lorgner les voitures qui passent à toute vitesse, car certains malins ont réussi à s’enfuir, entre deux cours inutiles, de la maison de fous, du camp de torture qu’est le cégep. Ils regardent l’heure sur leur téléphone intelligent toutes les 30 secondes et s’envoient des dizaines de messages textes pendant l’heure et quart de souffrance qu’on leur inflige sadiquement. N’essayez pas de les priver de cette sublime évasion, car la direction de l’école et toute la société technophile vous accuseront de brimer leur liberté d’expression, leur droit fondamental d’être un consommateur hyperbranché, stupide et endormi.»

C’est ce désolant portait de la génération Y qui conduit notre enseignant à l’énonciation de sa thèse: «Twitter a remplacé l’Église, l’iPhone le chapelet, et vous pourriez écrire un livre intitulé Les Nouveaux Demi-Civilisés demain matin.» En somme: aujourd’hui les nouveaux médias, réseaux sociaux en tête, seraient tout aussi aliénants qu’a pu l’être l’Église catholique à l’époque de la Grande Noirceur. L’analogie tient-elle la route?

BLx

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

2 réponses à “«Les nouveaux demi-civilisés» que vous êtes?

  1. Bruno Lacroix

    Je reconnais dans ce que Murchison décrit un certain type d’étudiants, mais il me semble qu’il y a là généralisation abusive… Il met le doigt sur quelque chose d’important qui touche à une certaine mutation psychique, mutation induite chez les jeunes par les nouvelles technologies qui les bombardent constamment de stimulis de sorte que le discours seul ne suffit pas toujours à capter leur attention. Mais au lieu d’en prendre acte de manière critique, il exprime son dépit en cassant du sucre sur le dos des étudiants. Le professeur que je suis a envie de lui: «If you can’t stand the heat, get out of the kitchen!»

  2. Thomas

    En effet, il peut s’agir d’une généralisation abusive, car ce phonomène est applicable à d’autres générations. Mais il n’y a-t-il pas quelque chose d’effectivement aliénant dans ce bombardement technologique qui rend les gens endormis? Il est clair, bien sur, que l’auteur s’attaque aux conséquences et non à la cause de ce problème (ceux qui ont fait le cours de modernité savent de quoi il est question). Malgré les problèmes d’objectivités de ce texte, n’est-ce pas simplement une autre sonnette d’alarme pour signaler que notre monde hypermoderne commence à poser un sérieux problème? Je crois que l’analogie tient la route dans la mesure où le texte décrit une certaine nonchalance de la part des membres de notre société, mais qui n’est pas seulement applicable aux jeunes, car il s’agit d’un monde fabriqué par les générations précédentes que nous les jeunes avons choisis d’y adhérer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s