À Londres, de l’art mur à mur

image

L’art se fait viral en Grande-Bretagne

Le projet Art Everywhere accroche 22 000 reproductions dans les rues du pays

Louise-Maude Rioux Soucy, Le Devoir, 12/08/13

Un Francis Bacon au coin de la rue. Un Peter Blake dans le métro londonien. Un Damien Hirst dans l’autobus. L’art se fait viral ces jours-ci en Grande-Bretagne. Dès ce lundi et pendant deux semaines, il s’affichera au coeur du quotidien des Britanniques qui seront plongés – de gré ou de force – dans les tentacules d’Art Everywhere, une grande exposition sans frontières destinée à sortir l’art des livres et des musées.

Pas moins de 22 000 reproductions ont été ainsi accrochées aux quatre coins du pays dans des espaces publics d’ordinaire occupés à plein temps par des affiches publicitaires. Portée par des artistes, des commissaires et des entrepreneurs, l’initiative est parrainée par deux géants, les Tate Galleries et l’ArtFund, mais aussi par le public, qui a participé à son financement, un don à la fois.

« L’idée, c’est de chasser la publicité de nos rues pour la remplacer par des oeuvres d’art qui feront de la Grande-Bretagne la plus grande galerie d’art au monde », explique son idéateur, Richard Reed, un des hommes d’affaires derrière le succès des produits Innocent Drinks.

En juin dernier, les citoyens ont été nombreux à se prononcer en ligne sur les oeuvres à retenir parmi la vaste collection publique britannique. L’exercice a permis d’en retenir 57, pas une de plus, pas une de moins. Au sommet de cette liste en forme de coup de coeur : La dame de Shalott de John William Waterhouse. Daté de 1888, le tableau tire son inspiration du poème du même nom d’Alfred Tennyson.

Tout juste sous la belle dame éthérée, une autre femme éplorée au destin tragique : l’Ophelia (1851-1852) de John Everett Millais, juste avant qu’elle ne se noie. Suivent Tête VI (1949) de Francis Bacon, Grassed (1919) de John Singer Sargent et Tête d’homme (autoportrait I) (1963) de Lucian Freud.

Si tout se passe comme prévu, les organisateurs estiment que l’exposition aura été vue par 90 % de la population adulte au pays « de Banff Buchan en Écosse à Torbay dans le Devon et de Lowestoft dans le Suffolk à Belfast au nord de l’Irlande ».

Pour Marc Sands, à la tête du département des communications des Tate Galleries, l’initiative a le mérite de rappeler « que l’art britannique appartient à la nation britannique ». Mieux, ajoute-t-il dans une vidéo mise en ligne par Art Everywhere, les oeuvres punaisées dans un environnement aussi surprenantauront sans doute un effet positif sur le milieu de l’art en général, et plus spécialement sur les musées. « Certaines des oeuvres exposées restent largement ignorées du public, c’est vraiment une occasion d’élargir ce public. »

BLx

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Art, Culture et société, Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s