« School as a business ? »

Collectif d’étudiants, de diplômés et de professeurs de HEC Montréal  23 avril 2012

L’entreprise est devenue l’institution centrale de notre monde. Présente presque partout sur la planète, elle prend en charge une part toujours plus importante de nos existences. Nous lui achetons la très grande majorité des biens et des services que nous consommons, avec de l’argent obtenu en lui vendant notre force de travail. Sa croissance est considérée par nos dirigeants politiques comme l’une de leurs premières responsabilités, sinon la première. Mais cette « entreprisation du monde » se traduit également par le fait que toutes les organisations sont désormais sommées de fonctionner sur le modèle de l’entreprise.
L’université n’échappe pas à ce totalitarisme d’un genre nouveau. En témoigne, par exemple, la décision récente de créer des maîtrises en anglais à HEC Montréal. Venant d’un établissement engagé depuis plus d’un siècle dans le développement d’un milieu d’affaires francophone au Québec, cette décision a de quoi déconcerter. Son motif est commercial : il s’agit d’attirer de nouveaux clients (ou d’en retenir certains), de pénétrer de nouveaux marchés et ultimement de passer devant quelques concurrents dans des palmarès internationaux destinés à des consommateurs en quête de formations rentables. Et tant pis si cela implique pour cet établissement public financé par le peuple québécois de produire des diplômés qui ne parleront pas un mot de français ! L’objectif est de croître, à tout prix.

La hausse des droits de scolarité que le gouvernement du Québec a décidé d’imposer aux étudiants universitaires à partir de septembre 2012 participe aussi, bien sûr, de ce processus d’« entreprisation » de l’université. Les discours de justification de cette hausse brutale envisagent l’étudiant comme un client-entrepreneur à qui l’on demande tout simplement de payer la marchandise qu’il convoite ; une marchandise dont on l’assure qu’elle constitue un « investissement personnel très rentable », le ministre des Finances du Québec en personne, Raymond Bachand, n’hésitant pas à en vanter le rapport qualité-prix : « Je ne vois pas où, en Amérique du Nord, les étudiants universitaires en auront plus pour leur argent qu’au Québec. »

Arrêter la destruction de la société

Les bonnes raisons de refuser cette « entreprisation » de l’université ne manquent pas. Traiter le savoir et la culture comme une marchandise, c’est d’abord prendre le risque qu’ils soient transmis non pas à ceux qui en ont besoin, mais à ceux qui peuvent payer – exit les plus démunis. C’est également prendre le risque que seuls les éléments de ce savoir et de cette culture les plus faciles à commercialiser (parce que plus « rentables » par exemple) continueront d’être offerts – exit la philosophie ou les programmes francophones, quand ils apparaîtront moins « vendeurs » que leurs équivalents anglophones. C’est encore prendre le risque qu’il n’y ait pas de transmission réelle de ce savoir et de cette culture, du fait que les efforts nécessaires pour les assimiler seront refusés par ceux qui auront payé cher le droit de les acquérir – exit les apprentissages lents et exigeants, parfois douloureux, au profit d’une « expérience » qu’on s’efforcera de rendre avant tout plaisante et distrayante. Lire la suite: Le Devoir/23/04/12

BLx

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s