La religion vaste comme les mers

Remontons un peu en arrière, lorsque l’homme avait senti le besoin de représenter ses forces et ses faiblesses par des dieux. Prenons les peuples qui vivaient dans l’antiquité, tels les Grecs dont la religion était polythéiste, ils avaient un dieu pour chaque chose qui existait, l’amour, la haine, le beau, le soleil, la pluie etc. Mais dès le moment où la religion monothéiste est née et, aussitôt adoptée au sein d’une communauté, la guerre commence. Prenons l’exemple du christianisme qui est une religion monothéisme et qui fut décrétée religion officielle de l’empire carolingien. La guerre de religion fut commencée. Les guerres de religion ont fait plus de morts que toutes les guerres réunies. C’est la question que nous nous posons continuellement et nous n’avons guère de réponse: « la religion unifie ou divise-t-elle l’homme? »  Selon moi, la religion divise l’homme puisqu’elle a fait beaucoup de guerres au nom de Dieu. Pour soutenir mon argument, je vais faire des comparaisons entre ce que la religion dit et ce qu’elle pose comme acte, deux choses qui diffèrent.

Tout d’abord, un des commandements dit : « tu ne tueras pas » (Exode 20, verset 13). Pourtant, les chrétiens ont imposé leur façon de voir le monde et leur religion à beaucoup de peuples et ceux qui ont refusé étaient massacrés au nom de Dieu qui, pourtant, est un Dieu d’amour. Un Dieu qui devait aimer tout le monde puisque dans un passage de la Bible il est dit précisément que le soleil brille comme sur les justes et les méchants, cela veut dire que l’amour de Dieu est pour tous et non pour ceux qui font partie d’une religion en particulier. La guerre de religion faite par les chrétiens contre les autres peuples qui avaient une religion polythéiste n’était donc pas justifiable car même s’ils étaient des «démons», l’amour de Dieu était aussi pour eux. Certains diront  sûrement que Dieu n’approuvait pas leur acte du fait qu’ils servaient plusieurs dieux et qu’ils représentaient leurs dieux par des statues comme le faisaient aussi les Égyptiens tandis que le premier commandement dit bien: « Tu ne serviras pas d’autre dieu que moi et tu ne feras pas de représentation des autres dieux ni de moi». Mais cela donnait-il le droit au christianisme de massacrer tout ce monde? Je ne pense pas. Vous qui êtes un être raisonnable, je ne pourrais pas imaginer que vous allez appuyer le fait que la religion avait le droit de tuer au nom de Dieu parce que les autres avaient une vision différente. Si ensemble nous universalisons cet acte et que nous nous mettions à tuer tous ceux qui ont une vision différente de l’autre, qu’elle soit religieuse ou pas, cela voudrait dire que nous sommes capables de faire subir cet acte et accepter de subir cet acte. Connaissons bien la nature humaine, vous ne serez pas en accord. De plus, ce qui me tue, c’est lorsque je marche dans la rue et j’entends des religieux qui n’ont pas la même religion dire : «c’est mon dieu le meilleur», où encore «c’est ma religion que Dieu a choisie pour prêcher  et non le tienne» où encore «c’est ma religion qui conduit au ciel». Lorsque j’entends cela, je suis très bouleversée puisque Dieu est devenu un dieu de fanatisme au sein des religions.

Pour conclure, les religions avaient pour but de réunir les hommes, mais elles ont échoué à cause de la nature humaine qui  ressent le  besoin de dominer. Et  le besoin d’être le meilleur a causé la perte du but de la religion qui s’est transformé lorsque les guerres ont commencé en raison de la mise en place du dogme officiel de la religion. De ce fait, l’humanité a été divisée : judaïsme, christianisme, islam… Le pire, c’est que ces religions prêchent la même chose, mais différemment et avec des nuances. C’est pour cela qu’aujourd’hui nous sommes beaucoup à ne rien vouloir savoir de la religion puisque cette dernière a fait tant de mal à l’humanité en passant par Dieu. Pourtant, son Dieu n’est-il pas un Dieu d’amour et de compassion, mais par ses actes elle fait voir autre chose. Selon vous l’humanité irait-elle mieux avec ou sans la religion?

Marie-Rolande Dazulma

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

4 réponses à “La religion vaste comme les mers

  1. JP Martin

    Tout cela est bien vrai… quand est-ce qu’on se réveillera et qu’on constatera que la religion a fait plus de mal que de bien…

    En fait, on s’entend bien que le « on » exclue la personne qui parle. Parce qu’évidemment, mon Dieu à moi, il n’est que bonté!!! Si seulement les autres pouvaient s’en rendre compte que mon Dieu à moi est meilleur!

  2. Mir

    Je trouve non rigoureux de lier d’une manière causale « monothéisme et guerre ». Il me semble qu’il doit y avoir eu de nombreux conflits entre humains avant même que naissent la théologie et la religion monothéistes. Pour lier monothéisme et guerre, il faut un troisième élément, l’attitude face à l’autre. Comment le monothéiste se situe-t-il face à cet autre qui ne partage pas sa vision de Dieu? Est-il intolérant, cherche-t-il à le convertir, à le convaincre, adopte-t-il une attitude tolérante?

  3. Alexandre

    Le problème, c’est que certains croyants ne distinguent pas croyances et vérités.Comme on l’a vu avec les croisades au Moyen Age, le massacre de la saint barthélemy et les attentats à la bombe aujourd’hui, les gens sont près à mourir et à tuer au nom de croyances, qu’ils prennent pour véridique. Chacun estime que sa religion est  »LA’ vraie, même si les trois religions monothéistes sont semblables.

  4. Hugolin Delarive

    À un certain point, il est peut-être vrai que l’on ne peut lier directement monothéisme et guerre, mais ceux-ci sont quand même reliés d’une façon indirecte. Entre l’élèment «monothéisme» et «guerre» il faudrait considérer un troisième élément qui n’est pas comme tu dit l’attitude «face à l’autre» , mais plutôt « la prétention de détenir une vérité universelle».

    Par exemple, s’il on étudit le principe de djihad (en fait, je parle de sa forme à l’origine et non de celle qui se présente actuellement) chez la religion musulmane dont la signification indique qu’il s’agit d’«une effort tendu vers un but déterminé» dont les règles furent édictées après la mort du prophète. Aussi, le djihad n’est pas un devoir personnel mais collectif; c’est-à-dire celui de répandre l’islam. Cependant, celle-ci n’est pas considérée comme une guerre d’extermination, car les infidèles «avant d’être combattus, doivent être invités à se convertir » (1).

    Donc, il est possible de dire que nous avons un religion voire même des religions (base idéologique) qui possèdent chacune une vérité et une eschatogie à prétention universelle (buts et objectifs) et qui sont prêtes à employer la violence pour faire valoir cette vérité (méthode d’application). Alors, oui le «monothèisme» est relié d’une façon quelconque à la «guerre», car celle-ci est en fait l’instrument ou l’outil.

    (1) : LUIZARD, Pierre-Jean. «Djihad ou Jihad», Encyclopédie Universalis, s.d., , [En ligne], (27 décembre 2011)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s