Chronique d’été de libraire

L’été s’en vient et certains d’entre vous ont très probablement des lectures personnelles à rattraper. Toutefois, en tant que libraire, j’aimerais vous part faire de nouveautés qui me sont tombés dans l’œil cette années. Cette année trois titres ont retenu mon attention.

1- Une brève histoire des indiens du Canada, traduction du titre A short history of Indians in Canada : stories. Sortie : février 2014 aux éditions Boréal. 24,95$

 

1Une des dernières œuvres de cet intellectuel autochtone. Sous une plume emplie d’un humour délicieux et d’une perspicacité décapante, Thomas King déconstruit à travers ce recueil de nouvelles l’image traditionnelle que nous avons des amérindiens toute en dénonçant la condition autochtone dans la Canda. En quatrième de couverture :

À Toronto, une volée d’Indiens en pleine migration se frappent contre les gratte-ciel de Bay Street et retombent sur le pavé, comme autant d’oiseaux assommés, pour le plus grand étonnement des hommes d’affaires de passage. Heureusement que deux employés de la ville, Bill et Rudy, sont là pour les étiqueter et les relâcher dans la nature, après les avoir soignés. Un bébé blanc arrivé par erreur par la poste est offert comme premier prix au bingo hebdomadaire dans une réserve indienne, même si la plupart des joueurs préféreraient remporter le deuxième prix, qui est une camionnette. Voici quelques-unes des situations qu’on trouve dans ce recueil de Thomas King, qui y donne libre cours à la mordante ironie caractérisant son œuvre.

2- L’orangeraie, Larry Tremblay. Sortie le 15 octobre 2013 aux éditions Alto. 20,95$

2Récipiendaire du prix des Libraire du Québec de cette année. Larry Tremblay nous présente non pas un autre roman sur la guerre, mais bien un récit touchant et poétique empli à la fois de sensibilité et de sensualité. En quatrième de couverture :

Quand Amed pleure, Aziz pleure aussi. Quand Aziz rit, Amed rit aussi. Ces frères jumeaux auraient pu vivre paisiblement à l’ombre des orangers. Mais un obus traverse le ciel, tuant leurs grands-parents. La guerre s’empare de leur enfance et sépare leurs destins. Des hommes viennent réclamer vengeance pour le sang versé. Amed, à moins que ce ne soit Aziz, devra consentir au plus grand des sacrifices. Et tous payeront le tribut des martyrs, les morts comme ceux qui restent. Larry Tremblay frappe encore un grand coup, mais vise cette fois le cœur, laissant au lecteur le soin de départager les âmes pures des fourbes, les fanatiques des héros. Un texte à la fois actuel et hors du temps qui possède la force brute des grandes tragédies et le lyrisme des légendes du désert.

3- Apocalypse : la 1ère Guerre Mondiale, Daniel Costelle et Isabelle Clarke. Sortie le 22 avril 2014 aux éditions Flammarion. 54,95$

Pour le centenaire de la première Guerre Mondiale, ceux qui ont aimé Apocalypse : la 2eme Guerre Mondiale ne seront pas déçus. Comme l’œuvre précédente, c’est un livre documentaire basé sur un fond d’archives et d’images époustouflantes digne de son prédécesseur. Les historiens en herbe qui raffole d’histoire militaire en resteront sur leur faim.

3

Thomas Asselin

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lettres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s