La CLASSE condamne la violence

Montréal, 22 avril 2012 – Les délégué-e-s de dizaines d’associations étudiantes membres de la CLASSE réunies en Congrès ont adopté une première résolution concernant les événements des derniers jours. « Depuis quelques semaines, des actions inacceptables ont été posées, que ce soit par des étudiants et des étudiantes ou par d’autres personnes. Il est inadmissible que l’intégrité physique de citoyens et de citoyennes soit mise en danger, notamment ceux et celles qui se rendent au travail. Le mouvement étudiant désire lutter avec la population et non contre elle. » déclarent Jeanne Reynolds et Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-paroles de la CLASSE, citant notamment les cas où les transports collectifs et les automobilistes ont été directement pris pour cible.

Également, la CLASSE rappelle qu’en tant qu’organisation démocratique, elle s’oppose à toute intimidation ou tout rapport de domination sur les individus lors des débats politiques.

Le débat est toujours en cours au sein du Congrès de la CLASSE et d’autres résolutions seront adoptées dans les prochaines heures. D’autres détails sont donc à venir.

N.B : Les porte-paroles de la CLASSE ne donneront d’entrevues qu’une fois les délibérations sur le plan d’action closes.

Source: Bloquons la hausse

Gabriel Nadeau-Dubois s’est adressé à la foule au pied du Mont-Royal lors du rassemblement pour La journée de la terre:

« Ces derniers jours, on traite les étudiants et les étudiantes du Québec de voyous, de vandales et de violents. C’est faux ! Qu’est-ce qu’il y a de plus violent que de vendre des terres autochtones à des multinationales ? Qu’est-ce qu’il y a de plus violent que de vendre l’éducation aux entreprises ? Qu’est-ce qu’il y a de plus violent que de pourrir l’air que nos enfants vont respirer ? Nous ne sommes pas violents, ce sont eux qui sont violents ! » Le Devoir23/04/12

Et La FEUQ reste solidaire

MONTRÉAL, le 23 avril 2012 /CNW Telbec/ – La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) tient à rappeler à la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, qu’elle maintient toujours ses exigences, soit d’avoir la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) à la table de discussion et que l’enjeu des frais de scolarité y soit abordé. « Ce soir, nous avons envoyé une lettre proposant à la CLASSE deux places au sein de la délégation de la FEUQ. Elles seront autour de la table, que Mme Beauchamp le veuille ou non ! Et je vous garantis que nous allons parler de cette hausse inéquitable et injuste de 1625 $ des frais de scolarité », clame Martine Desjardins, présidente de la FEUQ.

La FEUQ trouve choquant ces tergiversations de la ministre de l’Éducation alors qu’elle entendait le premier ministre Charest railler le mouvement étudiant pas plus tard que vendredi dernier. « On a bien vu vendredi, le peu de considération que le premier ministre avait pour les étudiants qui sont en grève depuis 10 semaines. Ce gouvernement n’a plus la légitimité d’exiger quoi que ce soit des étudiants. Il doit s’asseoir avec tous les représentants, et ce, dès aujourd’hui », conclut Mme Desjardins.

Depuis plus de 20 ans, la FEUQ représente les étudiantes et les étudiants universitaires du Québec. Composée de 15 associations membres et forte de plus de 125 000 membres, la FEUQ est le plus important groupe jeunesse au Québec.www.feuq.qc.ca

Source: CNW Telbec

BLx

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s