Sine Nobilitate

Hier au Salon rouge de l’Assemblée nationale, lors de l’étude des crédits, le premier ministre du Québec a ignoré les représentants des fédérations étudiantes, il n’a même pas consenti à leur serrer la main:

«Au Salon rouge, une trentaine d’étudiants, tous vêtus de rouge, de la FEUQ et de la FECQ, dont leur président respectif, Martine Desjardins et Léo-Bureau-Blouin, ont assisté bien sagement aux échanges. Jean Charest ne leur a pas permis d’espérer. «Nous l’assumons totalement [notre décision]. On n’est pas dans une situation de tergiversations», a affirmé le premier ministre. Les universités au Québec doivent être de «calibre mondial», a-t-il réitéré. «Ce n’est pas un choix, c’est une obligation.»

Le premier ministre a refusé d’avoir une rencontre avec les étudiants présents. Il n’a pas daigné non plus leur serrer la main au début de l’étude des crédits, comme l’avaient fait députés libéraux et péquistes.» Le Devoir, 18/04/12

En snobant les représentants des fédérations étudiantes, Jean Charest s’imagine sans doute agir en chef d’État, mais il ne fait que mimer la hauteur de cette fonction car il faut être sans noblesse, sine nobilitate, pour refuser tout signe de déférence à l’égard de ses adversaires.

BLx

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s