GAMMA: une police politique?

Bien malheureusement, le Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) se distingue parfois par des pratiques que le Comité des droits de l’homme de l’ONU a jugées nécessaire de dénoncer, notamment celle des «arrestations de masse» qui, lors d’une manifestation en 2005, visaient spécifiquement les militants associés à «l’extrême gauche». Nous n’avons pas ici affaire aux formes habituelles de discrimination telles que le profilage racial ou social, il s’agit plutôt de «profilage politique». Le SPVM aurait donc développé cette propension à pratiquer une discrimination fondée sur l’allégeance politique, c’est du moins ce que confirme la mise sur pied d’une nouvelle escouade nommée GAMMA et toute consacrée au «Guet des Activités des Mouvements Marginaux et Anarchistes». Ainsi «Avec le GAMMA, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) vient donner raison à qui l’accuse de pratiquer la discrimination politique (…) Il apparaît évident que le profilage politique est discriminatoire, tout comme ce que pratique le GAMMA, dont l’existence a été dénoncée par Alexandre Popovic, porte-parole de la Coalition contre la répression et les abus policiers (CRAP). Selon M. Popovic, avec «l’escouade GAMMA, le SPVM montre son vrai visage: celui d’une police politique qui méprise la liberté d’opinion et le droit à la dissidence».» écrit aujourd’hui dans Le Devoir Francis Dupuis-Déri, professeur de science politique à l’UQAM et sympathisant du Collectif opposé à la brutalité policière (COBP). La police guette donc les «marginaux», mais que faut-il être pour se situer dangereusement dans la marge? «Mais à quoi reconnaître les «marginaux»: est-ce l’association étudiante du cégep du Vieux-Montréal, mais pas celle du cégep Brébeuf (ou l’ASSÉ, mais pas la FEUQ)? Un groupe maoïste, mais pas un comité adéquiste?» demande encore Dupuis-Déri. Mais le professeur de l’UQAM, de même que les gens du COBP et du CRAP, devraient néanmoins parler un peu du Black Bloc, ce mouvement dit «autonome» qui parasite d’une certaine manière la marge des mouvements de gauche en infiltrant les manifestations aux visées pacifistes pour y introduire une violence spectaculaire. Il faut en parler à plus d’un titre car cette violence spectaculaire rejaillit négativement sur la lutte anticapitaliste en la discréditant, mais cette violence représente surtout la justification à l’existence de l’escouade GAMMA que la SPVM ne manquera pas d’invoquer, comme une prophétie autoréalisatrice…

BLx

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

2 réponses à “GAMMA: une police politique?

  1. HUGUETTE GAGNON 514-523-5813

    SVP…DEMANDER À M. POPOVIC DE ME RAPPELER.
    VU À FACE-À-FACE – V – CE MATIN. 15.03.2012.
    DOSSIER CONTRE POLICE EN COURS.
    + POURSUITE :: COUR SUPÉRIEURE : 500-17-062517-100
    ET COUR D’APPEL 16.03.2012.

    POUR SOLIDARITÉ ET AVENIR …QUOI FAIRE ? COMMENT FAIRE?

  2. Pingback: La police politique du Québec (PPQ) | Jean Némar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s