Archives de Tag: Écosse

« Un Non, c’est un Oui au changement »?

ed111

Virginie Simoneau-Gilbert, étudiante en Histoire et civilisation, sur la route de l’autodétermination des peuples.

JOUR 9 : Écosse, JOUR DU RÉFÉRENDUM

Aujourd’hui est le grand jour ! Les Écossais décideront bientôt de leur avenir politique. L’excitation est à son comble dans les rues brumeuses et froides d’Édimbourg !

Tout d’abord, nous nous sommes dirigés, en début d’après-midi, dans un pub afin d’y tâter le pouls de la population et d’y attendre des nouvelles de la personne qui devait nous faire visiter les coulisses du référendum. Toutefois, ne recevant aucune information et ce, après plusieurs appels et messages vocaux laissés à cette personne, nous avons rapidement dû laisser tomber le plan selon lequel nous devions assister au dépouillement du vote. Nous nous sommes alors dirigés vers l’hôtel des médias où se trouvaient toutes les grandes chaînes de télévision internationale. La place, qui grouillait d’activités, était belle à voir. Une excitation grandissante s’en dégageait à la venue des résultats référendaires. Par la suite, nous avons marché vers le Parlement écossais où se tenait un rassemblement de plusieurs centaines d’indépendantistes. Nous nous sommes ainsi retrouvés en pleine rue bondée où déambulaient bon nombre d’Écossais exprimant fièrement et bruyamment leurs convictions politiques. Portes et fenêtres d’appartements et automobiles affichaient également sans complexe leur allégeance à l’Écosse ou au Royaume-Uni. Le climat, très tendu et animé, était beau à voir ! Sur notre route vers le Parlement, nous avons d’ailleurs croisé des manifestants basques et catalans venus en grand nombre apporter leur soutien à la cause écossaise. Assemblés devant une église, les militants basques chantaient gaiement un hymne de leur nation, tandis que leurs confrères catalans avaient allumé plusieurs cierges aux couleurs des drapeaux catalan et écossais sur le parvis de la cathédrale. Fraternelle et chaleureuse, l’ambiance était belle à voir. Après êtres restés quelques minutes sur place afin d’observer ces deux manifestations conviviales, nous sommes arrivés au Parlement où se trouvait un magnifique rassemblement indépendantiste. Au son de la cornemuse et de chants écossais, nous avons pris part à cette manifestation solennelle des plus émouvantes. Un grand espoir se faisait ressentir chez les militants présents en grand nombre.

Touchés par cette magnifique mobilisation, nous nous sommes par la suite dirigés vers un pub écossais situé à proximité de notre hôtel, le Cairn Hotel. Sur notre route, nous avons croisé deux bureaux de vote où se tenaient, de part et d’autres, des militants du Yes et du  » No, thanks  » (dont le nom est d’ailleurs inspiré de la campagne référendaire du camp du non, « Non merci », de 1980). Les deux camps, plantés à l’entrée des bureaux, tentaient d’influencer les électeurs jusqu’à la dernière minute, se battant férocement pour chaque vote. L’animosité entre les deux partis étaient palpable et ce, en particulier aux deuxième bureau de vote que nous avons croisé. À ce bureau, un militant indépendantiste, piqué à vif par un militant du  » No, thanks  » qui lui avait auparavant lancé un commentaire désobligeant (que nous n’avons malheureusement pas entendu), lui a d’ailleurs furieusement crié :  » You just shut your fuckin’ mouth !  » Cette expression d’une haine profonde entre les deux camps allaient d’ailleurs être très annonciatrice des événements qui se sont produits à Glasgow au lendemain du référendum dans lesquels des partisans adverses se sont violemment affrontés (http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/lemonde/archives/2014/09/20140920-062322.html#.VB1-yQjKhWw.facebook). Malgré cette tension considérable, nous avons tout de même pris le temps de discuter avec les militants du camp du non qui étaient sur place. Ceux-ci nous ont fait part des raisons les motivant à voter non, qui consistent principalement en un sentiment d’appartenance envers le Royaume-Uni ainsi qu’une peur d’une crise économique en Écosse.

Par la suite, après avoir assisté à cette démonstration d’agressivité entre les deux camps, nous sommes allés manger dans un pub où régnait une grande agitation dans l’attente des résultats référendaires. De nombreux Écossais étaient rivés aux télévisions du pub où la bière coulait d’ailleurs à flots. Puis, nous sommes rentrés à notre hôtel pour y trouver un peu de sommeil en attendant les résultats qui allaient alors être connus dans seulement quelques heures.

À la suite de ce repos bien mérité, nous nous sommes dirigés vers 4h du matin au Parlement alors que les résultats, en faveur du  » No, thanks  », commençaient à sortir sur les ondes de la BBC. Assemblés devant l’édifice, une centaine d’indépendantistes étaient toujours présents, encore pleins d’espoir malgré le fort pourcentage du camp du non. Toutefois, certains, exprimant leur colère en brisant bouteilles de vitre et autres objets, contribuaient à augmenter considérablement la tension entre manifestants et policiers. Malgré la présence de plusieurs médias venus recueillir la mauvaise humeur des indépendantistes, nous avons décidé de quitter la place en voyant la situation s’envenimer. Nous avons alors regagné l’hôtel où nous nous sommes rivés devant une télévision afin de suivre le décompte des votes.

C’est donc avec stupeur et déception que nous avons appris, vers 6h du matin, la victoire officielle camp du non à 55%. Dépités et complètement épuisés, nous avons quitté l’Écosse à 11h10, à peine quelques heures après l’annonce des résultats.

Lien vers l’album photo : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10205216994570228.1073741827.1406963457&type=1&l=3ecbb3cc84

L’avenir de l’Écosse à la suite de l’échec référendaire :

Malgré cette défaite par un mince pourcentage du camp du oui, le mouvement indépendantiste n’a toutefois pas adopté une attitude défaitiste. Déjà, deux jours après l’échec référendaire et l’annonce de la future démission du Premier Ministre Alex Salmond en novembre prochain, une nouvelle campagne indépendantiste citoyenne,  » The 45 Pourcent  », est lancée. De plus, dans nos discussions avec des militants du  » No, thanks  », nous avons appris que ceux-ci étaient quelque peu insatisfaits par la campagne de peur menée par le camp du non. La plupart des Écossais (et même les partisans du camp du non) sont d’ailleurs très ouverts à l’idée du  » Devo Max  » promis par le Premier Ministre du Royaume-Uni David Cameron. Il est donc certain que les Écossais exigeront davantage de pouvoir pour le Parlement écossais et veilleront à ce que les engagements promis par Londres soient respectés (comme l’a mentionné Alex Salmond dans son discours du 18 septembre dernier). Cette histoire est ainsi loin d’être finie et ce, surtout si l’Angleterre ne respecte pas ses promesses, comme ce fut d’ailleurs le cas à la suite du référendum de 1980 au Québec durant lequel Pierre Eliott Trudeau avait émis sa fameuse déclaration : « Un Non, c’est un Oui au changement. » À suivre …

– Nouvelle de la démission d’Alex Salmond : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/09/19/009-ecosse-alex-salmond-demission.shtml
– Nouvelle campagne indépendantiste,  » The 45 Pourcent  » : ttps://www.facebook.com/pages/The-45-percent/1561746757381815?fref=ts
– Discours d’Alex Salmond du 18 septembre dernier :https://www.youtube.com/watch?v=OAkZW7ofMks

Virginie Simoneau-Gilbert

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Photos, Politique

Sur la route de l’autodétermination des peuples – 9

VIRGINIE SIMONEAU-GILBERT, ÉTUDIANTE EN HISTOIRE ET CIVILISATION, SUR LA ROUTE DE L’AUTODÉTERMINATION DES PEUPLES.

Édimbourg

ed5

Impressions de Berlin : Après le choc de l’affichage unilingue allemand, nous avons rapidement adopté Berlin. Son ambiance ne va pas sans rappeler l’atmosphère de Montréal, une ville cosmopolite, dynamique, vivante et artistique. Toutefois, il se dégage de la capitale allemande une certaine lourdeur due à son histoire contemporaine des plus macabres : Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale, Mur de Berlin, etc. À la fois accueillante et austère, Berlin est donc une ville magnifique qui suscite à la fois émerveillement, fascination et perplexité.

ed

JOUR 8 : Édimbourg.

Tout d’abord, après une courte nuit, nous avons pris l’avion à 7h du matin pour nous envoler pour Londres, où nous avons eu une escale de quelques heures. C’est dans la capitale anglaise que nous avons subi un interrogatoire douanier des plus stressants.  » Why are you staying only two days in Scotland ?  »,  » Why are you going for the referendum ?  » , » Why were you in Berlin and Barcelona ?  » sont seulement quelques exemples des nombreuses questions qui nous ont été posées par une douanière, ma foi, extrêmement souriante. Nous avons eu vraiment peur, c’est le cas de le dire. La sécurité nationale, au Royaume-Uni, est une priorité et cette peur des attaques terroristes s’observe aisément dans l’aéroport de Heathrow où nous étions : sévère contrôle douanier, prise d’empreintes digitales, prise de photos à la sécurité, chiens de détection, etc. Après cette expérience pénible, nous nous sommes envolés pour Édimbourg à 11h50. Quelle ne fut pas notre surprise en découvrant que Pierre Karl Péladeau ainsi que Julie Snyder étaient sur e même vol que nous ! Nous en avons donc profité pour discuter et arranger une rencontre en soirée avec eux. Finalement, nous sommes arrivés à Édimbourg vers 14h de l’après-midi sous un ciel nuageux et une température avoisinant les 13 degrés Celcius.

ed11

Assis au deuxième étage d’un  » double decker bus  » (un bus à impériale) faisant la navette entre l’aéroport et le centre-ville d’Édimbourg, nous avons pu observer un peu de campagne écossaise, en plus de nous familiariser avec la ville. De nombreuses pancartes telles que  » Conduisez à gauche  » sont d’ailleurs mises à la disposition des touristes qui peuvent se sentir quelque peu dépaysés par le singulier code de la route du Royaume-Uni. Cette promenade en autobus nous a permis de découvrir les premiers monuments de cette ville tout simplement époustouflante. La capitale de l’Écosse a de quoi en impressionner plusieurs de par ses nombreux édifices ancestraux, ses châteaux et ses rues conviviales. Dès notre arrivée à Édimbourg, nous avons ressenti une grande émotion à la vue de cette ville grouillante d’activité en ce moment historique.

ed1

Après notre arrivée au centre-ville de la capitale écossaise, nous avons un peu marché dans la ville afin d’y contempler, notamment, le Scott Monument érigé en l’honneur de l’écrivain écossais Sir Walter Scott. Nous nous sommes également familiarisés avec les traditionnels taxis noirs du Royaume-Uni, bombés, grands et confortables. C’est d’ailleurs en jasant avec le chauffeur de ce taxi que nous avons découvert toute la dureté de l’accent écossais qui nous est apparu, dès la première écoute, très difficile à comprendre. Toutefois, les habitants d’Édimbourg sont sympathiques, gentils et patients avec les touristes, heureusement pour nous.

ed2

ed3

ed4

ed6

ed8

Par la suite, après avoir déplié bagages, nous nous sommes dirigés au coin de notre rue où se trouvait un kiosque du camp du Yes. À la veille du référendum, ceux-ci vendaient de nombreux macarons, autocollants et affiches pro-indépendance. Nous en avons donc profité pour discuter avec plusieurs militants qui étaient sur place. Nous leur avons d’ailleurs offert notre soutien pour le référendum qui se déroulera le 18 septembre, c’est-à-dire dans moins de 24 heures. Une profonde activité règne dans les rues d’Édimbourg à la veille du référendum tant attendu. C’est beau à voir !

ed16

ed12

Après ces rencontres, nous nous sommes dirigés aux Meadows, immense parc situé à proximité de l’Université d’Édimbourg, où avait lieu une manifestation indépendantiste de quelques centaines de manifestants. Nous avons pris part à ce rassemblement munis de bannières et drapeaux du Québec afin d’exprimer notre soutien pour la cause écossaise et donner au Québec une visibilité internationale. Plusieurs militants indépendantistes, tels que le député Alexandre Cloutier (du Parti Québécois), la député Martine Ouellet (du Parti Québécois) ainsi que la délégation Québec-Monde, formée d’une trentaine de jeunes observateurs, y étaient présents. Plusieurs médias y étaient, tels que la Gazette, TVA Nouvelles … et même la télévision chinoise ! Tous les yeux du monde sont rivés sur l’Écosse à la veille du référendum ! L’excitation est à son comble !

ed13

À la suite de cette manifestation, nous nous sommes dirigés vers le Balmorale Hotel où nous attendait nul autre que Pierre-Karl Péladeau qui nous a invités à prendre un whisky écossais en sa compagnie. Nous avons discuté avec lui, pendant une bonne heure, du futur économique du Québec, de la descente du Parti Québécois aux dernières élections, de la relation entre les jeunes et l’indépendance, etc. Ce fut une rencontre extrêmement intéressante et éclairante qui nous a permis d’en apprendre davantage sur cet homme d’affaires québécois.

ed14

Finalement, nous nous sommes dirigés au Au Bar, un pub écossais, où se tenait une soirée pour les Québécois venus observer le référendum en Écosse. Après être restés seulement quelques minutes, nous sommes retournés à notre hôtel, épuisés. Quelle journée bien remplie !

ed15

Plan du JOUR 9 :
Demain est le GRAND JOUR ! Nous aurons la chance d’assister au processus démocratique (déroulement et dépouillement du vote) dans les coulisses du référendum en compagnie d’un observateur international. Puis, nous participerons au grand rassemblement du Scottish National Party à l’occasion de la soirée référendaire. Nous sommes très, très fébriles !

Vidéo au kiosque du camp du Yes : https://www.facebook.com/video.php?v=10154511282795478&set=vb.770670477&type=2&theater

Photos de la manifestation pro-indépendance aux Meadows :https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1531038657108363.1073741840.1523700971175465&type=1

Lien vers l’album photo :https://www.facebook.com/virginie.simoneaugilbert/media_set?set=a.10205216994570228.1073741827.1406963457&type=3

Virginie Simoneau-Gilbert

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Photos, Politique

Sur la route de l’autodétermination des peuples – 8

Virginie Simoneau-Gilbert, étudiante en Histoire et civilisation, sur la route de l’autodétermination des peuples.

virginie chapeau

Discussion avec un militant indépendantiste qui m’a passé son chapeau traditionnel écossais pour la photo, kiosque du camp du oui, Édimbourg, 17 septembre 2014.

Virginie Simoneau-Gilbert

 

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Photos, Politique

Qui ne risque rien n’a rien

image_0_1396758036

L’Écosse et le principe de précaution: avantage aux forces du Non

«La solidarité nous avait presque rendus risquophiles; nous voilà redevenus risquophobes», écrit François Ewald

Simon Couillard – Enseignant en philosophie au cégep de Victoriaville et doctorant en études québécoises, UQTR Le Devoir de philo, Le Devoir, 13/09/14

Le 18 septembre, les Écossais se prononceront sur l’indépendance de leur pays. La campagne référendaire aura duré presque quatre mois, durant lesquels les appuis au Oui auront augmenté de manière constante jusqu’à la quasi-égalité avec le Non, qui, au moment d’écrire ces lignes, domine légèrement dans les sondages. Un scénario qui, sur une durée plus longue, ressemble beaucoup à la campagne référendaire québécoise de 1995. Selon nous, les forces du Non disposent d’un avantage, de manière générale, depuis la fin du XXe siècle, lors de telles consultations. Pour mieux l’illustrer, nous suggérons de revenir à l’analyse du philosophe François Ewald, né en 1946, qui fut jadis l’assistant de Michel Foucault, au sujet du principe de précaution.

Selon Ewald, notre époque verrait le retour du « malin génie », celui-là même que la modernité avait cru conjurer. Le doute se serait réintroduit dans la pensée occidentale. La science, sur laquelle reposaient nos espoirs de progrès et de liberté, n’obtiendrait plus, de façon nécessaire, l’adhésion raisonnée des citoyens en général et des gestionnaires qui élaborent les politiques sociales, économiques, environnementales, etc. Dans les mots du philosophe, ce sont « les conditions ontologiques et épistémologiques » qui ont présidé à la façon moderne d’envisager les choses qui ont changé : depuis la fin du XXe siècle, la logique scientifique de la prévention aurait cédé le pas à une logique de la précaution.

Le principe de précaution, en tant que principe politique, a été formulé une première fois en 1992 dans le cadre de la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement : « En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement. » Depuis le Sommet de la Terre, on trouve cette règle au fondement de plusieurs textes de loi. Pour Ewald, qui a eu maille à partir avec certains environnementalistes, une mise en garde s’impose à son sujet : « Le champ de sa juridiction se limite en principe au domaine de l’environnement. Mais, il ne faut pas s’y tromper, dans la mesure où il s’agit d’un principe visant à instruire un certain type de prise de décision en situation d’incertitude, sa validité ne manquera pas de s’exporter hors de sa région d’origine. » Quelles sont les conséquences de cette logique nouvelle de l’action pour le domaine politique et comment en sommes-nous arrivés là ? Quel est le lien avec le référendum écossais ? Pour répondre à ces questions, il est utile dans un premier temps de reprendre l’enquête d’Ewald, qui analyse l’évolution de notre rapport au risque depuis le XIXe siècle.

Notion de responsabilité

À partir du milieu du XIXe siècle, les bourgeoisies nationales triomphent en Occident. Leur credo est celui du libéralisme politique et philosophique : chacun est responsable de lui-même. Pour Adolphe Thiers, futur président de la République française (1871-1873), que cite Ewald, « le principe fondamental de toute société […] est que chaque homme est chargé de pourvoir lui-même à ses besoins et à ceux de sa famille, par ses ressources acquises ou transmises ». Dans la société du XIXe siècle, selon Ewald, la prévoyance et la prudence sont des vertus cardinales : le malheur peut se produire, on doit en être conscient, mais il faut faire face de sa propre initiative. L’homme est sans excuse. L’action collective et la concertation ne sont pas exclues et relèvent en définitive de l’initiative individuelle, conformément à une certaine sagesse des affaires humaines. Ewald souligne que, dans le monde de la prévoyance, la notion de responsabilité est limitée, si on y compare son usage actuel en droit et en politique : « Comme en témoigne la jurisprudence de l’article 1382 du Code civil, la référence à la diligence du bon père de famille ou à certains standards de conduite professionnelle, on ne peut être tenu pour responsable qu’en fonction d’un certain savoir disponible, variable selon les activités. » Cette conception de la responsabilité changera radicalement au cours du siècle suivant.

Pour Ewald, le dispositif de responsabilité a été remplacé par un dispositif de solidarité au XXe siècle : « La grande question, dans l’ensemble des sociétés industrielles, fut celle des accidents du travail et des retraites. » La notion de « risque », nous rappelle le philosophe, fait son entrée dans le droit français avec la loi du 9 avril 1898 sur les accidents de travail : « Tout travail a ses risques ; les accidents sont la triste mais inévitable conséquence du travail même. » La faute devient un facteur de risque ; l’accident, une probabilité et une statistique. C’est le regard sur le monde qui s’est modifié : l’action n’est plus considérée dans ses dimensions morale et cosmologique. On l’envisage désormais dans le cadre d’une réalité sociale préjudiciable. Ainsi, la société est conçue « non pas comme agrégation d’individus qui se seraient liés entre eux en fonction de leur intérêt personnel, mais comme totalité, le bien et le mal de chacun dépendant de ceux de chaque autre ». Les dommages, les risques et les indemnités sont socialisés. On recourt aux experts pour en rationaliser la gestion, pour se prémunir et prévoir : assurance maladie, assurance automobile, assurance-emploi, pensions de vieillesse et d’invalidité, etc.

La catastrophe

La notion de précaution serait apparue plus récemment, dans un contexte bouleversé, indique Ewald : « Les XIXe et XXe siècles avaient été obsédés par le problème des accidents, on redécouvre la présence de la catastrophe, mais avec ceci que ces catastrophes ne renvoient plus, comme auparavant, à Dieu et à sa Providence, mais à des responsabilités humaines. » La catastrophe, un risque qu’on ne saurait prévoir, impose l’hypothèse d’une incertitude fondamentale dans la relation de causalité entre une action et ses effets. Un geste peut avoir des conséquences irréversibles et imprévues sur l’environnement, la faune, la société humaine, etc., des conséquences qui sont irréductibles à toute perspective d’indemnisation. Il importe dès lors d’appliquer un principe de précaution, de pratiquer un développement durable qui permet d’éviter l’irréparable. Ewald souligne ainsi le caractère « contre-révolutionnaire » du principe de précaution, comme « il a prétention à limiter l’innovation dans un cadre de progrès sans rupture ». Le principe exigerait de plus l’exercice du doute, sur le mode cartésien : « Je dois, par précaution, imaginer le pire possible, la conséquence qu’un malin génie infiniment trompeur aurait pu glisser dans les plis d’une entreprise en apparence innocente. » Cet impératif d’imaginer le pire par-delà la probabilité et la statistique permet de revenir à notre propos initial sur l’avantage des forces du Non dans le débat actuel sur l’indépendance de l’Écosse.

Le Québec, le confort et l’indifférence

Appliqué au contexte d’un référendum sur l’indépendance, on trouve sans doute une première formulation du principe de précaution dans l’excellent documentaire de Denys Arcand, Le confort et l’indifférence, datant du début des années 1980. Devant la caméra, Michelle Tisseyre, l’ancienne journaliste et animatrice à Radio-Canada, soutenait ce qu’on pourrait qualifier de pari pascalien inversé : « Moi, je peux me tromper. Bien sûr, je peux me tromper. Eux, en pensant que l’indépendance est la réponse pour le Québec, peuvent se tromper. Ça peut s’avérer un désastre […]. Par exemple, je ne suis pas du tout persuadée que le Canada laisserait un Québec étranger profiter de la valeur de sa monnaie […]. Donc on pourrait très bien avoir une monnaie québécoise […]. Si eux se trompent, il faudrait se serrer la ceinture, il y aurait beaucoup de pots cassés et ce serait, comme toujours, la masse de la population qui souffrirait. Si, moi, je me trompe, le pire qui puisse arriver, c’est que nous restions dans le statu quo. Or, moi, je trouve que le Québec n’a jamais aussi bien vécu. »

La campagne de Better Together, pour le Non en Écosse, s’appuie largement sur l’idée du désastre potentiel : qu’arrivera-t-il à nos emplois ? Qu’arrivera-t-il au sujet de l’accès aux universités britanniques ? Qu’arrivera-t-il des pensions militaires qui sont payées par le gouvernement britannique aux anciens soldats écossais ? Alistair Darling, chef de la campagne du Non, revient de façon constante sur l’idée d’une union monétaire éventuelle entre l’Écosse et le reste du Royaume-Uni, une idée défendue par les indépendantistes. À l’émission Scotland Tonight en janvier dernier, face à une animatrice coriace qui évoquait l’intérêt commun des entreprises écossaises et britanniques et un récent sondage dans lequel 71 % des Britanniques affirmaient soutenir une telle union dans le cas d’une victoire du Oui, il affirmait la chose suivante : « Vous ne pouvez pas présumer que le reste du Royaume-Uni suivrait la ligne tracée par Alex Salmond. On ne peut pas garantir cela, pas plus qu’on pourrait garantir que les Britanniques accepteraient un arrangement similaire avec la zone euro […]. Mais vous pouvez présumer que les choses ne vont pas toujours dans la direction où vous le pensez. »

Ainsi formulé, le principe de précaution semble d’une grande solidité sur le plan logique. Ewald dirait qu’il tire surtout son efficacité du sentiment de peur qui s’est emparé de nos sociétés modernes. « La solidarité nous avait presque rendus risquophiles ; nous voilà redevenus risquophobes », écrit-il. L’avantage est donc du côté de l’abstention, du « non, merci ». Cependant, si la précaution et son corollaire, la sûreté, sont des attitudes responsables devant le risque, le danger pour Ewald est qu’elles nous conduisent à l’inaction, anéantissant la disposition à innover et à entreprendre. Il n’y a donc pas de réponse simple au problème de la décision dans un contexte d’incertitude. Mais si les Québécois peuvent témoigner d’une chose, à l’usage des Écossais, c’est qu’une fois engagé dans le processus référendaire, le choix du statu quo est une illusion.

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Histoire et civilisation, Philosophie, Politique

D’un référendum l’autre

image_0_1396758036

De Québec à Édimbourg

Christian Rioux, Le Devoir, 12/09/14

À une semaine du référendum sur l’indépendance de l’Écosse, les spéculations vont bon train. Alors que la victoire pourrait se jouer dans un mouchoir de poche, chacun y va, au Québec, de ses théories pour expliquer le regain du nationalisme écossais alors que son équivalent québécois est aujourd’hui à bout de souffle.

Le premier serait « civique », entend-on dire, alors que le second aurait l’affreux défaut d’être « ethnique » et « refermé sur lui-même ». Ceux qui connaissent l’Écosse savent pourtant qu’il y a beaucoup plus de tartans à Glasgow que de ceintures fléchées à Montréal et que le programme du Scottish National Party n’est pas si différent de celui du PQ depuis 30 ans. On aura compris que ces jugements péremptoires visent d’abord à nourrir la petite polémique locale. Comme si l’on pouvait attribuer l’échec historique de 50 ans de nationalisme québécois — car c’est bien de cela qu’il s’agit — à quelques revirements tactiques ou électoralistes.

Ceux qui veulent comprendre le dynamisme du nationalisme écossais feraient mieux de se tourner vers l’Histoire. On ne comprend rien à l’Écosse si l’on ne sait pas que, comme la Catalogne, elle a déjà été indépendante. Le Québec n’était même pas dans les limbes que l’Écosse, alliée à la France dès 1295, était un royaume dont l’indépendance conquise de haute lutte fut reconnue par Londres en 1328. Contrairement aux Québécois, les Écossais n’ont jamais été véritablement conquis. En 1603, l’accession de Jacques 1er au trône d’Angleterre peut même être considérée comme une annexion de la Grande-Bretagne par le royaume d’Écosse. Nation reconnue depuis toujours, les Écossais sont plutôt dans la situation d’un peuple qui songe à récupérer ses billes en se retirant de l’Union que lui imposa l’Angleterre en 1707.

Les Québécois, eux, n’ont jamais eu de billes à échanger et une partie d’entre eux n’est toujours pas convaincue d’appartenir à une nation distincte. Contrairement à l’Écosse, au Québec, l’Acte d’union (1840) et celui de l’Amérique du Nord britannique (1867) sont venus sceller la Conquête d’une poignée de colons qui n’avaient pas eu le temps de se percevoir comme un peuple. Autre différence essentielle, dès le XVIIe siècle, grâce à son université, Édimbourg fut un haut lieu de la Renaissance européenne, comme en témoigneront l’économiste Adam Smith et le philosophe David Humes. On ne trouve pratiquement pas trace de telles Lumières au Québec où les rares étincelles furent noyées dans le sang en 1837-1838. Pire, le Québec deviendra le refuge de tous les réactionnaires qui fuient la République et la Révolution, loyalistes américains et religieux français réfractaires confondus.

On l’aura compris, l’idée d’être « nés pour un petit pain » n’a jamais effleuré l’esprit des Écossais. Contrairement au Québec qui sera marginalisé pendant deux siècles culturellement, économiquement et politiquement au sein de l’Union puis de la Confédération, l’Écosse a bénéficié de son union avec l’Angleterre en participant largement à l’entreprise coloniale. À titre d’exemple, ce sont des Écossais qui ont fondé la plupart des grandes banques canadiennes. On a beau chercher, on ne trouve pas de grande banque canadienne-française en Inde. On n’imagine pas non plus le leader souverainiste écossais Alex Salmond raconter sans broncher, comme le fit récemment Lucien Bouchard, que ses fils l’ont traité de « loser ».

Si le nationalisme écossais a des racines plus profondes que le nationalisme québécois, il affronte aussi un ennemi moins redoutable. La renaissance de l’identité écossaise entre les deux guerres est liée au déclin de l’Empire britannique. Aujourd’hui, l’Écosse affronte un Royaume-Uni depuis longtemps revenu de ses rêves de grandeur où le nationalisme anglais est plus que moribond. Ce n’est pas le cas du nationalisme« canadian »qui peut être virulent et perçoit l’indépendance du Québec comme une atteinte impardonnable à l’unité canadienne. Octobre 1970 est là pour en témoigner. L’esprit orangiste qui prévaut à Ottawa fait plus penser à l’Ulster qu’à l’Angleterre. Contrairement au Canada, celle-ci s’est d’ailleurs engagée de bonne foi à respecter la volonté exprimée par une majorité de 50 % plus un des électeurs. Rappelons de plus que les Écossais ne vivent pas à 30 km de la frontière américaine.

Voilà pourquoi, quel que soit le résultat du référendum, les Écossais ont toutes les chances d’en sortir gagnants. Si le Oui perd de justesse, il est évident que l’Écosse obtiendra de nouvelles concessions de Londres. Au Canada, les échecs référendaires de 1980 et de 1995 ont plutôt entraîné un raidissement de la politique revancharde d’Ottawa et une réduction des compétences et de la liberté du Québec.

Ces échecs provoquent aujourd’hui un effondrement du nationalisme québécois qui se retrouve dans une situation qui n’est pas sans rappeler l’ère préduplessiste du régime corrompu de Louis-Alexandre Taschereau. Bref, Québécois et Écossais n’ont ni la même histoire ni les mêmes ennemis. Surtout, les Écossais n’ont jamais cultivé cette haine d’eux-mêmes qui est une spécialité véritablement québécoise.

BLx

Poster un commentaire

Classé dans Culture et société, Histoire, Philosophie, Politique