Le non de la CLASSE aux Humoristes indignés

Jeanne Reynolds, Marie Pagès et Iraïs Landry ont expliqué dans une entrevue à la radio de Radio-Canada, les raisons pour lesquelles des militantes féministes de la CLASSE ont déposé une motion visant à dénoncer le fait qu’en acceptant les dons recueillis lors d’un spectacle bénéfice organisé par les Humoristes indignés, la CLASSE toucherait de l’argent sale, le fruit d’un «humour sexiste, homophobe, raciste, classiste…». ICI pour écouter l’entrevue.

Source: Esiméac Périodique

BLx

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

2 réponses à “Le non de la CLASSE aux Humoristes indignés

  1. Bruno Lacroix

    Ce que dit Jeanne Reynolds est très pertinent: la marchandisation de l’éducation participe de la même logique que la marchandisation du corps de la femme. Cela justifie pour elle que l’action militante de la CLASSE dépasse le seul conflit étudiant. Cela confirme aussi que la CLASSE utilise les mêmes stratégies qu’utilisaient les marxistes-léninistes, à savoir l’instrumentalisation des groupes communautaires, l’infiltration des organisations sociales. Ainsi, la CLASSE se sert du conflit étudiant pour faire avancer diverses causes. Et pourquoi pas! Mais cela ne change rien au fait que la raison d’être du conflit étudiant c’est de bloquer la hausse et pour le moment c’est Charest = 1 et étudiants = 0. Conclusion? Il faut que la CLASSE encourage ses membres à aller voter pour battre les Libéraux!

    • Christiane Gauthier

      L’humour pratiqué par les humoristes professionnels, au Québec comme ailleurs, est souvent abaissant, facile et vulgaire. Il suffit d’aller y voir aux USA ou en France pour se convaincre que c’est le plus bas dénominateur commun qui est souvent visé et atteint par ce genre de spectacle. Et, comme le dit bien l’expression : «c’est pas parce qu’on rit que c’est drôle». Par ailleurs, à moins d’être des anges, on se surprend parfois soi-même à rire de façon un peu coupable de plaisanteries de mauvais goût qu’on ne voudrait pas voir figurer dans l’éducation des enfants. Jeanne, Marie et Iraïs voient juste en identifiant un certain humour à l’aliénation des femmes. Elles m’ont fait penser aux mouvement féministe appelé «les chiennes de garde» qui,en France, sont très actives et très efficaces. Cependant, il y a dans leurs propos cette volonté avouée de se mettre à l’abri de tout ce qui pourrait contaminer la pureté de leurs principes et même de se réunir en un groupe exclusivement féminin pour se procurer un espace «privé» libre de toute contrainte masculine. C’est ici que je décroche un peu. Le désir de pureté m’est toujours apparu comme un des plus grands dangers du politique. À première vue, cette impeccabilité (être pur, sans tache et sans faute) semble une garantie d’intégrité et de franchise mais à l’usage, il arrive qu’on perde contact avec le monde qu’on veut pourtant changer. On devient alors des dogmatiques, des Purs du Principe, blancs comme neige devant sa conscience idéologique, mais imperméables au monde réel qui lui, grouille d’imperfections et d’inattendus. Le parti pris idéologique de la pureté, d’abord entrevu comme un geste de courage, devient alors un repli luxueux dans l’idéal qui s’épargne le dur labeur du vrai concept et de la vraie politique, à savoir lutter dans et avec la réalité, dans et avec les individus et les forces qui prévalent dans notre société. Même Platon, qu’on pourrait appeler «le premier idéaliste», savait que les idées sont régulatrices, qu’elles doivent être des finalités qui ne pourront jamais advenir telles quelles dans la réalité. Mais vouloir la pureté pour la pureté, ça peut faire penser à une funeste volonté de «nettoyage». Adorer les idées pour elles-mêmes, c’est une des formes de l’idolâtrie,et on a vu dans l’histoire ce que cela produit quand un individu ou un groupe décide de procéder à la transformation totale du réel pour faire advenir hic et nunc, ici et maintenant, le Principe ou l’Idéal… Il me semble qu’entre la foi inconditionnelle aux Principes et l’impuissance purement réaliste du statu quo, il y a un moyen terme, et c’est cela FAIRE de la politique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s